sony bdps1100 face

Publié le 20 août 2013 à 9 h 34 min | par Richard

Lecteur Blu-Ray Sony BDP S1100 petit, maousse, costaud !

Que vaut un lecteur de Blu-ray à 90 euros ?? Oui 90 euros c’est le prix moyen du Sony BDP s1100, un petit lecteur Blu-ray au look futuriste et dépouillé des fioritures habituelles dont quasiment personne n’a rien à faire.

Le S1100 est un lecteur idéal pour celui qui a la migraine devant la simple évocation des mots 3D, DLNA, télécommande tactile, ou encore wifi. Non le BDP s1100 n’a quasiment aucune de ces options.

Et pourtant ce bout de plastique brillant en donne pour son argent. Un lecteur simple, rapide avec une image de qualité et des fonctions essentielles, mais surtout une télécommande claire, simple et le fameux menu de navigation Xross media bar, initié par la console de jeu PS3, qu’un enfant pourrait utiliser les yeux fermés.

Petit tour du propriétaire…

Le Sony S1100 en proportion, est plus petit qu’une feuille de A4. Amateur de grosses mécaniques et de bloc d’alu passez votre chemin ! Ce mignon lecteur prendra facilement place dans vos étagères en dessous de votre écran plat.

Le strict minimum vital est là. Quatre boutons carrés sur le haut de la façade à droite que l’on voit facilement sans se pencher. Il fallait y penser. Un bouton pour l’éjection, un autre pour la lecture, le bouton stop et celui de mise en veille.

La perfection est de ce monde. Pas de boutons alambiqués ou de « jog » de navigation insensibles à vos doigts. Simple et élégant. Ça a l’air idiot mais c’est plaisant, voir jouissif. Que d’autres retiennent la leçon !

Ce dépouillement et cette simplicité de fonctionnement contrastent avec l’époque actuelle « smartphonisée » où il devient plus simple de commander une pizza que de téléphoner.

sony bdps1100 trois quart

Connectique de l'appareil et menus de navigation

Le Sony BDP S1100 propose le strict nécessaire en connectique. La sacro-sainte HDMI suivie d’une coaxiale audio SPDIF pour brancher un vieux récepteur 5.1 dolby digital ou un convertisseur audio stéréo de qualité, histoire de profiter de ses CD ou de ses morceaux sur disques durs via la prise USB, pourquoi pas… Petite anecdote :

Les audiophiles pensant lire des Blu-Ray pure audio ou des FLAC sur clé USB en haute définition avec un convertisseur audio stéréo (DAC) auront une belle déconvenue. Les signaux sont limités à 16bits 48khz sur la sortie numérique coaxial SPDIF ! D’autres tests seront à creuser par la suite, voir si cela se produit sur toutes les installations avec sorties coaxial et optique…

Ceci est apparemment valable pour tous les lecteurs de Blu-Ray actuels. Pour profiter donc du son HD des Blu-Ray pure audio il faudra passer par la HDMI 1.4 et avoir un ampli audio vidéo de course. Sachant que la majorité des gens épris de qualité audio ont des installations stéréo… Cela se passe de commentaire…

La prise réseau est bien là, et fonctionnelle dès qu’on la branche. Via celle-ci on télécharge les mises à jours, les accès BD live (clé USB 1Go obligatoire) accédant aux contenus des films Blu-Ray. On a droit aussi à quelques tv internet et m6-replay par exemple.

Evidemment, le portail Sony-music avec possibilité d’abonnement est de la partie. Malheureusement, la fonction DLNA est sur le modèle S4100, copie quasi conforme du BDPS1100, avec quelques fonctions en plus dont le DLNA et la lecture des SACD pour 30 euros de plus en moyenne.

Dommage, pouvoir aller chercher des photos et autres médias sur le réseau familial aurait été la cerise sur le gâteau. Il reste la clé USB ou un disque dur et le tour est joué. Pour les allergiques de la technologie c’est pas plus mal. L’entrée USB 2.0 fournit 5 volts sur 500 MA et peut permettre le branchement des disques durs format 2.5 sans alimentation externe.

L’accessibilité d’ailleurs aux médias via disque dur ou clé USB est d’une facilité déconcertante via le menu du Sony. Bon point. La majeure partie des fichiers vidéos sont lus, du MKV MPG4 en passant par le VC1 ou encore le XVID mais aussi le format AVCHD 2.0 sur support Blu-Ray. Le DIVX lui, est passé à la trappe mais aussi les Dvd audio, le SACD, les photo cd.

Côté musique, les FLAC marchent très bien, même ceux avec un fort bitrate à 96khz. Les MP3 et les WAV comme une lettre à la poste. Le AAC est aussi de la partie.

Côté photo on a droit aux trois classiques JPEG, PNG, et GIF non animés.

Le Sony grimpe jusqu’à 60 images seconde avec de L’ AVCHD et 30 images secondes pour les autres formats et 40Mbits de débits binaires.

Le Sony BDP S1100 sur le terrain.

TEST VIDEO et PHOTO

skyfall best james bond ever

L’image du Sony BDP S1100 est de qualité et n’a rien à envier aux concurrents dans les mêmes secteurs de prix. L’image est particulièrement équilibrée. On n’en attendait pas moins de Sony. L’image est fluide pour peu qu’on laisse les gadgets de son TV dernier cri à zéro. Les arrières plan ne sont pas trop bruités. Pas mal pour un lecteur à 90 euros. On regrettera un scaler de qualité, disponible sur le grand frère S5100 à 150 euros en moyenne.

Si l’on dispose d’un vidéoprojecteur de course au dessus de 1500 euros, il vaudra mieux se pencher du côté du Sony BDP 790, ou mieux les OPPO BDP103 et 105, ou du superbe Panasonic DMP 500, miraculeux pour le prix, disposant de DSP vidéos retraitant l’image pour un résultat bluffant.

Evidemment la partie photo étant limitée à 1920*1080, il ne faudra pas s’attendre à compter les mèches de cheveux prises avec votre reflex de la mort qui tue. Il n’empêche, le résultat visuel est acceptable sans tremblement pour une soirée photos vacances en famille. La navigation se fait sans heurt et plutôt rapide sur clé USB.

TEST AUDIO

supertramp blu ray 24/192

Sur du Blu-ray pure audio via la prise HDMI, dans notre salle de home cinéma traitée, le résultat est sans appel. Le Sony respecte la lisibilité exceptionnelle de ce nouveau média.

Le Pcm, le dolby true HD et le DTSmaster passe en bitstream sans anicroche, délivrant le 24/192hz dans toute sa splendeur.

Les Supertramp sont là en chair et en os sur un enregistrement datant de 1979. Evidemment notre pièce dédiée avec notre ampli Yamaha RX3800 y est pour beaucoup.

Sur nos enceintes à haut rendement (98db), aucun souffle d’alimentation ou de bruit parasite. A 90 euros on n’en demandait pas tant.

Le Sony BDP S1100 confirme son côté plutôt agréable à l’écoute. Sur des FLAC et CD, le haut médium aigu s’avère transparent et limpide sur la HDMI comme sur la majorité des lecteurs Blu-ray actuels, mais aussi en SPDIF.

Il fera un drive tout à fait acceptable dans une chaine hifi pour lire ses CD et les FLAC en 16 bits mais il y a un mais et il est de taille !

Apparemment, tous les lecteurs Blu-ray « downsample » les formats HD audio en 16bits 48khz sur la sortie coaxiale SPDIF. Il faudra pousser plus loin les investigations voir si cela est vrai pour tous les configurations existantes sur le marché.

L’argument comme quoi l’HDMI serait seul capable de transmettre du 24 bits en stéréo ne tient pas la route. La majeure partie des convertisseurs audio sur le marché en sont capables sur une simple SPDIF coaxiale.

Sachant que les amateurs de beau son sont quasiment tous en stéréo, l’erreur de cible marché est énorme. Le 5.1 HD pour l’HDMI, le 2.0 HD pour la coaxiale. La chose était pourtant simple…

Voilà une autoroute pour des fournisseurs de musique HD comme http://www.qobuz.com/ ou HD Track.

 

Conclusions

LE BDP S1100 est un lecteur simple et facile d’usage. Il s’adressera à un public voulant l’essentiel et de qualité, sans fioriture. Le Sony répond parfaitement à ces critères. On regrettera l’absence de sortie audio analogique et le DLNA. Pour 30 euros d’écart nous conseillons fortement son grand frère, le S4100 surdoué en la matière mais qui ne dispose pas de sorties analogiques non plus.

Lecteur Blu-Ray Sony BDP S1100 petit, maousse, costaud ! Richard

SONY BDPS1100 PPI 90 EUROS

Qualité de fabrication perçue
Définition du son
Piqué image et colorimétrie
Compatibilité fichiers multimédia
Facilité d'utilisation

Summary: Un lecteur Blu-Ray au look futuriste simple et efficace.

3.6


Pour :

  • Simple et efficace.
  • Qualité d’image pour 90 euros.
  • Le look très SF.
  • La télécommande d’une logique implacable.
  • Les boutons en façade instinctifs.
  • Le menu de navigation Sony Xross media bar frisant la perfection et réactif.
  • La lecture du FLAC pour les audiophiles.
  • L’entrée USB en façade qui gère le NTFS sur clé USB et disque dur.

Contre :

  • Débit maximum à 16bits 48khz sur la coaxiale SPDIF (Blu-ray audio).
  • L’absence du DLNA présent sur le modèle supérieur S4100.
  • L’absence d’une simple sortie analogique stéréo.
  • Pas de gestion du DIVX.
  • L’obligation de la HDMI pour lire les formats HD audio stéréo (Blu-ray audio).
  • Pas d’afficheur en façade. (gênant pour la lecture d’un cd par exemple).


A propos de l'auteur



2 Responses to Lecteur Blu-Ray Sony BDP S1100 petit, maousse, costaud !

  1. Olivier says:

    Suite aux essais que je réalise il est claire que ce genre de lecteur présente bien des avantages de rapport qualité prix.
    Mais pour une installation pure HIFI sans moyen de visualisation vidéo est-il facile d’accéder aux pistes son par l’entrée USB ?

    PS : je tiens à remercier notre rédacteur de Culture HD pour ces conseils qui m’on permis de découvrir avec grande satisfaction la marque d’enceinte Dali et pour ma part la Zensor 3.

    • Richard says:

      Pour la lecture Cd ça ne pose pas de grands soucis, mais pour les clés USB il faut un écran avec entrée HDMI pour voir les playlist. Soit n’importe quel écran informatique en 16/9 HDMI.

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑