Kef_LS50_Studio_mid

Publié le 26 septembre 2013 à 15 h 59 min | par Richard

20

Test KEF R300, KEF LS50, Aston VS Austin mini ?

Ahhh la KEF LS50…, Voilà une enceinte qui cultive sa différence. Petite, racée, au look ravageur, dans un monde Hifi ou règne le conformisme. Étonnante enceinte dotée de son petit coaxial de 13cm cuivré, la LS50 ne démérite pas, délivrant un flot musical séducteur et atypique. La KEF R300 plus classique, jouera la carte de la sobriété avec sérénité, armée d’un haut parleur grave de 16.5 cm, abordant sans difficulté les musiques les plus corrosives. Ce combat de reine de la Hifi, la roturière émérite contre l’aristocrate promet de sacrés rebondissements. Mais la plus dévergondée,… n’est pas celle que l’on croit…. Histoire de deux sœurs ennemies, God save the Queen !

Only for your eyes.

La KEF LS50 est une enceinte que l’on aime ou que l’on déteste : des courbes audacieuses et provocantes, livrée sans cache haut parleur, une façade sans angle droit, un haut parleur rutilant d’un cuivre de toute beauté avec pour inscription « 50th anniversary » habillée d’une laque noire métallisée, et d’un gros logo sur le dessus d’un gris anthracite « KEF ». Voici la plus féline des enceintes bibliothèques. Vous l’aimerez, vous la détesterez, mais au final vous ne l’oublierez jamais !

KEF_LS50_1_zoomin

La KEF R300 diamétralement opposée à sa sœur est une enceinte bibliothèque, descendante d’une longue lignée, issue de la vaste gamme « R SERIES » du légendaire constructeur britannique. Des traits droits et affûtés, un plaquage bois très « Royal forest ».

La R300 est bien née avec son coaxial argenté de même diamètre que la LS50, mais secondé par un grave aluminium de 16.5 cm qui pourrait s’avérer être fatal pour la petite LS50. La qualité de fabrication des KEF est de haute volée, ne laissant rien au hasard. L’ajustement des hauts parleurs et l’aspect général démontrent une grande maîtrise industrielle de qualité.

KEF R300 Rosewood

La R300 possèdent des boutons proche du bornier, que l’on tourne pour enclencher le bi-câblage ou mono câblage sans être obliger de mettre ou d’enlever des straps. Pertinent. La LS50 fait fit du bi-câblage proposant un mono bornier teinté de noir, assortie au reste du « dress code » de la belle anglaise.

kef-r300-bornier-2bornier-ls50

Petite attention délicate devenue un classique chez les grands constructeurs : Les LS50 et et les R300 sont fournis avec des mousses à mettre dans les évents bass-reflex, changeant l’accord de résonance des enceintes dans des pièces à vivre problématiques, pour un registre grave plus net et précis. Bien vu si vos enceintes sont proches d’un mur. Les R300 possèdent des caches aimantés parfaitement ajustés. Que ce soit la LS50 ou la R300, des patins caoutchoucs sont fournis, collables sous les enceintes.

Les emballages carton sont bien étudiés. Juste une petite remarque, la R300 est plus difficile à saisir par le bas que la LS50, il faut s’armer d’un peu de patience et de méthode pour la sortir de son carton. Hormis cela, rien de bien critiquable. Les modes d’emplois multilingues des deux enceintes sont explicites avec des conseils de placements pertinents qu’il vaudra mieux respecter à la lettre sous peine de sanction immédiate, vous aurez une qualité d’écoute très en deçà des possibilités des deux KEF. Vous serez prévenu !

LS50-moussekef-r300-mousse-2mode-d'emploi-ls50-2mode-d'emploi-ls50placement-ls-50warranty kef ls50

Le monde ne suffit pas !

Description technique des KEF LS50 et mise en condition.

Les Kef LS50 sont des enceintes de petit gabarit dotées d’un 13 cm coaxial dénommé « Uni Q coherent driver » à suspension semi rigide avec un rendement de 85db et une membrane en magnésium et aluminium. Le tweeter aluminium de 25mm de diamètre est orné d’une pièce de diffusion cassant la directivité des hautes fréquences. L’accord du grave bass-reflex a l’air plutôt haut et il faudra prendre ce critère en compte.

La caisse est quasiment inerte et indique une construction interne très rigide. On est vraiment dans l’esprit enceinte de studio monitor. Il existe d’ailleurs une cousine avec amplification active, les X300. L’impédance nominale de 8 ohms descend aux alentours de 3.2 ohms d’après le mode d’emploi. Le grave descendrait à 47hz à avec un affaiblissement de 6DB et 79hz à -3DB. La dernière valeur me semblant réaliste pour l’avoir écouté au générateur de basse fréquence balayer de 500Hz à 40Hz.

La KEF LS50 du haut de ces 85 DB n’est pas une enceinte facile à vivre et demandera à être domestiquée. Ne vous fiez pas à son joli minois, cette KEF exigera un ampli rapide comme l’éclair, d’une transparence sans faille avec du courant mais pas forcément beaucoup de watt au compteur. De plus il devra être mélodieux, dénué de toute rigidité. Il faudra choisir en conséquence des pieds d’enceintes rigides, parfaitement en adéquation, avec pour impératif, les tweeters à hauteur d’oreilles. Sinon adieu l’image en 3D dont sont capables les LS50.

KEF_LS50_10_zoominKEF_LS50_9_zoomin

 

De plus les KEF LS50 mettront à contribution votre patience, demandant un temps de rodage conséquent. ( Deux mois selon certains retours sur les forums ! ) la suspension rigide en polymère cerclée de nervure ne doit pas être étrangère à cette condition sine qua non, pour tirer la quintessence de la baby monitor. Dans l’auditorium non traité, la distance d’écoute dans une pièce à vivre de 25m² fut optimale à 2m20.

Description technique des KEF R300 et mise en condition.

kef-r300-zoomkef-r-300-coin-2kef-r300-coinkef-r

Au delà il faudra peut être choisir un autre gabarit d’enceinte ou un ampli en conséquence. Justement la R300 elle, peut s’écouter de plus loin. 3 mètres, voir plus si la pièce le permet. Etonnamment la R300 est plus facile à vivre que sa cadette. A peine posée sur nos pieds d’enceintes de 60 cm de haut, la R300 a distillé un flot musical impressionnant. La Kef R300 possède le même 13 cm que la LS50. La bobine est différente plus légère, adaptée à une utilisation en médium aigu. La suspension au toucher est différente et encore plus rigide que la LS50. Ce coaxial argenté est enserré dans un guide d’onde participant à la focalisation de l’image sonore.

Les 88Db des R300 sont en théorie plus à l’aise avec une amplification dite « moyenne », mais n’allez pas croire que cela sera suffisant. Les écarts de sources quelle soit CD ou informatique ont été mis à nue par les R300. Il faudra aussi un câblage haut parleur de compétition. On ne traite pas une grande dame avec du fil à lampe de chevet. Que ce soit les LS50 ou les R300 l’exigence d’amplification et de placement n’est pas à prendre à la légère. Il faudra mesurer avec un mètre et le niveau à bulle pour mettre les pieds de même ligne plan. Un fois ces exigeantes précautions prises en compte, on peut espérer atteindre le nirvana musical.

Condition d’écoute, mise en place, et matériels audio utilisés.

Les deux paires d’enceintes ont été écoutées dans une pièce à vivre de 25 m² dans une vieille demeure datant du 19e siècle avec des murs de 80 cm d’épaisseur et un plafond de 2m 68 de haut. L’acoustique est un poil réverbérante sans être catastrophique avec une bosse certaine et mesurée vers les 80hz à prendre en compte. La KEF LS50 a subi un rodage intensif express de 46 heures avant écoute. Les KEF R300 ont subi le même sort pendant 24 heures à peu près. Les enceintes n’étaient pas neuves mais manquaient de rodage dans un cas comme dans l’autre.

Liste du matériel utilisé.

  • Multimedia player Popcorn Hour C300 en sortie numérique SPDIF.
  • PC audiophile sur distribution Linux Jaguar avec alimentation dédiée et interface Audio GD V3.0 vers sortie SPDIF.
  • Lecteur Cd Marantz SA7001ki, lecteur Blu Ray Oppo BDP 103 et Samsung BDP7500 (pour les Blu Ray audio).
  • Convertisseur audio : Yulong DA8 Ess Sabre 9018, Schitt audio Bifrost.
  • Amplification : Marantz pm 7001KI signature, Atoll In 100, Atoll In 200, Sugden A21. Bloc mono Flyng Mole DAD100M, NAD C326BEE.
  • Câblage haut parleur : QED genesis, Taralabs Prism 500, Van den Hull Clearwater, Audioquest type 4.
  • Câblage modulation analogique : Taralabs RSC Air GEN2, Audiophonics diy, Kimber KCAG, Atohm ZEF.
  • Câblage numérique : Furutech GT2 USB, Wireworld Gold Starlight SPDIF, Kimber D60 SPDIF.
  • Câblage secteur Oyade et Electrocompaniet.
  • Pieds d’enceintes Partington.

On ne vit que deux fois. (Ecoute et critique)

KEF LS 50, petite mais nerveuse.

La Kef LS50 étonne par l’image sonore délivrée par un si petit gabarit. Ce n’est pas spatial dans le mauvais terme mais plutôt bien réparti entre les enceintes et facile en terme de localisation des instruments grâce au haut parleur coaxial « UniQ ». Mais l’on sent que c’est une enceinte de caractère, bien différente des standards établis.

De prime abord l’analyse est bien là mais l’enceinte surprend avec un bas médium délicieusement articulé, nerveux faisant le bonheur des amateurs de glissando de basse électrique. Pour une enceinte de 85DB qui descend à 78 hz cela désoriente quelque peu. Le médium légèrement en avant participe à la lisibilité de l’ensemble sans être criard avec une sacrée tenue en puissance pour une lilliputienne de ce type.

Main posée sur le dessus du baffle, les résonances sont minimes. L’aigu plus raisonnable dans la zone des 3khz s’avère légèrement montant au dessus de 10khz. Notre Atoll In100 s’est montré quelque peu court en terme d’articulation et d’enchaînement entre les notes (legato) et de plaisir avec cette enceinte.

L’ IN200 a montré tous ses muscles et a rectifié la barre avec un surcroît d’analyse mais il faudra une autre association d’ampli pour en tirer toute la moëlle musicale. Le NAD C326BEE a montré sa limite en terme de transparence mais a un équilibre qui va dans le sens des LS50.

Le Sugden A21 qui fera l’objet d’un prochain test dans CultureHD.com s’est avéré un compagnon idéal explosant l’image sonore dans la pièce. La LS 50 est une gourmande exigeante en terme de source. Attention au câbles ! Les Van Den Hull Clearwater ont été rangés au placard et les Taralabs Prism500 ont brillé de mille feux pendant toutes nos écoutes.

Il ne faudra pas tout de même s’attendre à un kick de batterie qui vous prend au ventre digne d’un 38cm JBL. La physique reste malheureusement incontournable et sur les grandes formations orchestrales ou du rock bien en chair et en métal, l’énergie déployée finira de mettre le petit 13 cm à genoux.

Mais la KEF impressionne là ou d’autres petites bibliothèques auraient crié grâce depuis longtemps en terme de lisibilité à fort niveau sur un si petit gabarit pour peu que l’ampli et la pièce d’écoute soient de qualité. Dans une chambre de 10m² ne vous attendez pas au miracle malgré tout.

Daft Punk album RAM version 24bits 88khz Qobuz

RAM DaftPunk

Je ne sais pour qu’elle raison, le morceau « Loose yourself to dance » tourne en boucle depuis plusieurs jours à la rédaction. Ce gros morceau à la basse électrique bien grasse et au riff de guitare assassin est retranscrit avec honnêté.

Les parties de vocodeur des chanteurs en panoramique de droite à gauche sont particulièrement jouissives à l’écoute. Il manque peut être un peu de recul dans le grave qui est, il faut l’avouer, boursouflé à fond les manettes sur cet album des punks idiots.

L’esthétique sonore est carrée, claquante, mais on aurait aimé un soubassement en conséquence au vu des qualités du bas médium apportant une foule de détails dans cette zone du spectre.

CD16bits 44.1 khz, Sting morceau It's problably me, album Lethal weapon 3, Warner Music import.

It's_probably_me

Ce que l’on on a entre aperçu sur la première écoute se révèle au grand jour. Le Sugden A21 donne tout ce qu’il a et le bas médium de la KEF joue avec l’auditeur à en donner le frisson. Sting est posé au laser entre les enceintes.

La caisse claire claque, la guitare basse en arrière est d’une lisibilité rare. Le soyeux des cordes et violons en fond soutenant la guitare Stratocaster d’Eric Clapton qui miaule à souhait, me dresse les poils du bras dans un étagement et une profondeur rare pour une bibliothèque.

Les effets de morceaux d’allumettes raclés sur la boîte sentent presque le souffre. Le saxophone de David Sanborn redoutable d’efficacité module dans les moindres inflexions de l’embouchure de la anche. Matière et rapidité, voilà ce qui caractérise cette enceinte monitor.

Le morceau moins exigeant que Daft Punk passe ici comme une lettre à la poste. A croire que ce titre a été mixé dessus.

WAV 16bits 44.1khz Brendan Perry ARK album morceau Utopia

Brendan Perry album Ark

La voix de Brendan Perry est retranscrite avec une intensité rare démontrant la noirceur et le côté méprisant parfois, collé au texte de la chanson.

Les nappes des synthés sont décortiquées dans leurs moindres oscillations. La KEF LS50 est une loupe qui pourtant séduit par un bas médium mêlant détourage des instruments avec une rigueur digne d’un studio d’enregistrement.

Plus en profondeur qu’en largeur, l’image sonore s’étale avec justesse entre les enceintes comme vissée au sol. L’aigu est plutôt bien intégré au reste mais parfois s’avère un poil monochrome sur l’Atoll. Sur le Sugden on explore d’autres possibilités avec une capacité de suivi mélodique supérieure et une palette d’expression plus large dans le haut médium aigu. Les KEF sont exigeantes sur ce point.

Rippe WAV 16bits 44.1khz Martial Solal live at the village Vanguard.

Martial solal village venguard

Les LS50 sont taillées pour ce genre musical. Des enceintes qui privilégient le côté Jazz. Elles ont une préférence pour le grain des instruments tout en gardant suffisamment d’analyse des harmoniques pour être crédibles.

Le piano a une taille respectable pour une paire de bibliothèques. Dans les derniers retranchements du clavier, les 78hz des KEF se font ressentir par moment sans frustration gênante.

Les LS50 gardent un équilibre de bon aloi malgré la rapide chute dans le grave. Dès que l’on donne des instruments acoustiques et non électriques, la KEF s’en donne à cœur joie.

Une enceinte analogique en somme. Il y a un côté casque « Grado » dans l’équilibre de cette enceinte. L’établissement des harmoniques est acceptable mais c’est surtout ce bas médium terriblement séducteur et efficace qui m’impressionne.

Dimitri Chostakovitch. 10e symphonie. RKO live. SACD DSD

shostakovitch symphony 10 rco live MAriss Jansons

Je pensais piéger les LS50 sur cette symphonie de grande ampleur. Sans être d’une taille démesurée l’orchestre est bien présent. Les enceintes s’en sortent, restant lisibles sur les diverses couches successives des violons et bois.

Les LS50 s’en sortent mais ont une forte prédilection pour les moments d’accalmie où elles se montrent particulièrement fines avec une tessiture des cordes très appréciable, ne déméritant pas avec de belles qualités dans le médium, bas médium.

Mais si l’on veut écouter des symphonies sur les LS50 il faudra artiller lourd côté amplification et ne pas hésiter à dépenser plus cher que le prix des enceintes pour un résultat surprenant sur un gabarit de cette taille.

KEF R300 l'élégance au service de la musique.

Le passage au R300 s’est fait avec beaucoup de curiosité tant les LS50 m’ont surpris par une capacité mélodique très séduisante. Une fois les précautions prises en écartant les KEF R300 de 76 cm de plus que les LS 50 et d’un bon 90cm vis à vis du mur arrière, on découvre un espace sonore plus large et une capacité supérieure en terme dynamique. Merci le haut parleur de grave en plus et les 88Db de rendement.

Les R300 impressionnent. Le médium aigu quant à lui s’avère dans la lignée de la série R avec un équilibre entre matière et analyse sans extravagance dans le domaine avec une belle douceur. Comme la LS50, l’image sonore est dans le strict cadre des enceintes débordant rarement, donnant suffisamment d’effet sur les panoramiques sans effet de projection procurant une fausse définition. Les LS50 sont peut être plus démonstratives dans le médium aigu. Les R300 elles, sont plus dans la cohérence, offrant un flot de musique contrôlé avec un aigu d’une bonne ouverture et un grave tonitruant pour une enceinte bibliothèque.

Daft Punk album RAM version 24bits 88khz Qobuz

RAM DaftPunk

Le bouton de volume du Sugden et des Atoll descendent de quelques crans, témoin d’un rendement plus élevé que les petites téméraires LS50. Daft Punk explose dans la pièce. La guitare basse reprend ses droits là où les LS50 s’avéraient un poil timorées. Autant le dire tout de suite, les R300 ont un grave bourré de qualité. Le travail sur les membranes en aluminium est payant.

C’est plutôt rapide, détouré, relativement transparent avec une énergie bien répartie et généreuse. Ce haut parleur retranscrit à merveille la lourdeur voulue par le groupe tout en y apportant une dose d’informations rendant le moment particulièrement plaisant. Il y a un sentiment de distorsion bas dans cette partie du spectre grave, très fortement appréciable.

Il est loin le temps des enceintes anglaises boursouflées et peu analytiques des années 80. KEF met une claque à ce préjugé tenace. Pour avoir bien connu les Q900, le virage amorcé sur la série Q prend concrétisation ici sur la gamme R avec une toute autre dimension, apportant une capacité d’analyse très supérieure.

CD16bits 44.1 khz, Sting morceau It's problably me, album Lethal weapon 3, Warner Music import.

It's_probably_me

La LS50 m’avait fortement impressionné sur ce morceau démonstratif, bien léché, issu des productions hollywoodiennes. La R300 redéfinit le cadre, apportant ce grave qui décidément creuse l’écart mais pas que. Les harmoniques de la guitare me paraissent d’un meilleur dégradé, l’aigu offre plus de différenciation en osmose avec le reste du tableau sonore.

La mise en lumière des instruments est peut être moins prononcée que sur la LS50 mais la R300 offre une cohérence que je préfère finalement avec un rythme plus soutenu. C’est peut être moins roboratif mais l’interprétation me paraît plus juste en terme de répartition rythmique de la batterie.

Le pied de la grosse caisse jouant de concert avec la guitare basse, sont détourés à merveille, chacun jouant sa partie avec distinction.

L’Atoll In100 s’est avéré un peu court et le passage à notre Atoll In200 s’est avéré très bénéfique. Le Sugden A21 a apporté ce superbe suivi dont il est capable. La capacité en courant de l’IN200 s’est avérée supérieure.

La version SE du Sugden A21 sera peut être plus en rapport en terme de courant. La R300 possède un équilibre entre information et matière savamment étudié. On trouvera peut être plus détaillé dans le haut médium aigu, mais je trouve cette enceinte d’une cohérence terriblement efficace.

WAV 16bits 44.1khz Brendan Perry ARK album morceau Utopia

Brendan Perry album Ark

Ok, là on est définitivement dans un autre monde. Bien que la LS50 soit particulièrement douée sur les peaux des percussions, la voix de Brendan Perry prend une plus grande envergure, soutenue par la mélodie du morceau en cohérence avec le chanteur compositeur.

Le côté majestueux et grandiose des nappes de synthétiseur du leader de Dead can Dance lèche les murs à vous en caresser les oreilles offrant une profondeur laissant les LS50 loin derrière.

La douceur de cette enceinte R300 liée à une capacité dynamique très contrôlée sans exubérance apporte la touche nécessaire à l’interprétation et donne de la consistance là où la LS50 s’avérera plus dans l’esprit monitor rigoureux.

WAV 16bits 44.1khz Martial Solal live at the village Vanguard.

Martial solal village venguard

Le piano malicieux de Martial Solal s’agrandit et fait profiter des octaves qui manquaient sur la LS50. La palette sonore déjà expressive sur les petites KEF prend ici des allures majestueuses. La douceur des R300 apporte une souplesse dans l’interprétation appréciable là où la LS50 s’évertuera à insister sur chaque note.

En globalité le jeu de cet immense pianiste est supérieur sur la KEF R300 apportant sur une longue écoute, le bénéfice de l’information nécessaire avec un équilibre entre détourage et cohésion, situant le piano entre les enceintes sans aucune fatigue auditive.

Dimitri Chostakovitch. 10e symphonie. RKO live SACD

shostakovitch symphony 10 rco live MAriss Jansons

Les cordes légèrement moins épaisses que sur les LS50 gardent malgré tout le côté soyeux appréciable communes aux deux KEF. Cela est même plus prononcé sur les R300 que l’on peut écouter à des niveaux autrement plus forts que la LS50 avec une compression dynamique reculée.

L’orchestre prend assise dans la pièce. Décidément le grave de ces enceintes me séduit. On a plus à faire à un son de colonne qu’à une bibliothèque. C’est bluffant en terme d’analyse de recherche d’information dans le grave sans perdre de la matière et de la consistance bien au contraire.

Le médium aigu plus discret que la LS50 n’en demeure pas moins délicat dans le phrasé des différents étages et pupitres avec une profondeur des plans rares pour une enceinte de bibliothèque.

On peut vraiment écouter du classique et surtout de l’opéra sans aucune frustration. Au final la R300 se révélera plus large dans son panel musical pouvant attaquer sereinement n’importe quel style de musique.

Conclusions

Conclusion KEF LS50

Les KEF LS50 sont des enceintes auquelles on peut s’attacher très vite ou détester dans l’instant. Ces séductrices au bas médium d’une articulation rare et d’un médium aigu rigoureux démontrant plusieurs facettes, demanderont un choix d’ampli et de sources en rapport avec leur caractère. Le soin apporté à l’installation devra se faire avec rigueur. Ne pas hésiter à prendre des pieds d’enceintes réputés, reconnus pour leurs qualités.

Il faudra les accorder avec un ampli doté d’un bon suivi rythmique capable, sans vulgariser le message d’apporter la dose nécessaire d’information sans crispation ou remonter dans l’aigu au risque de tourner au mauvais vinaigre. Cette enceinte a un côté « Grado » dans sa présentation musicale faisant le bonheur des amateurs de jazz , de blues.

Le mariage avec notre Sugden A21 s’est avéré pertinent avec à la clé de nombreuses heures de plaisir musical sur de vieux blues et jazz des années 50. Un Naim XS2 dernière génération est peut être une bonne idée, les tous derniers REGA aussi, ayant fortement progressé ces temps-ci. Electrocompaniet, malgré le tarif en conséquence peut s’avérer un sacré compagnon.

Dans des tarifs plus raisonnables, Audio analogue et Audia Flight sont à étudier. La source devra être irréprochable ni plus ni moins, avec un parfait équilibre du grave jusqu’à l’aigu sans aucune remontée qui pourrait être fatale. Le convertisseur TEAC UD 501 sera à voir mais aussi si votre budget le permet le T+A DAC8, référence dans sa catégorie. L’Audiolab Qdac pourrait aussi être un bon choix dans des budgets plus raisonnables aux alentours de 500 euros.

KEF R300 conclusion.

Les R300 ne jouent pas dans la même catégorie. Pour 600 euros de plus on a droit à l’un des meilleurs graves sortant d’une enceinte bibliothèque. Le seul concurrent direct me semble Dynaudio capable d’encaisser de forts niveaux avec aisance dans une enceinte de petit format.

Le médium aigu, doux, précis, lié à ce grave, cumulant tenue en puissance, matière et suivi mélodique, vous emmènera dans tous les styles musicaux avec une aisance déconcertante là où les LS50 pourraient s’avérer plus sectaires.

Certaines concurrentes montreront peut être un caractère plus enjoué dans le médium aigu avec une image sonore plus en largeur mais les R300 font preuve d’une maîtrise rare offrant un équilibre à la juste mesure, plus profitable à mon gout.

Conclusion générale.

Si vous cherchez une enceinte de taille raisonnable capable de produire un son remplissant plus de 25m², les R300 sont toutes indiquées avec des qualités de premier plan, précitée plus haut dans l’article. La LS50 sera parfaite elle, pour une écoute de proximité dans une pièce de moins de 20m² avec peu de recul avec pour prédominance un suivi mélodique sans faille avec un timbre au grain si particulier et attachant.

 

Pour :

KEF LS50

  • Look atypique séducteur.
  • Suivi mélodique.
  • Tenue en puissance.
  • Bas médium expressif et détaillé.
  • Image sonore précise sans être trop artificielle.
  • Fabuleuse sur du jazz et du blues.

KEF R300

  • Fabrication de haute qualité.
  • Grave détouré, dynamique avec de la matière et de l’information.
  • Astuce pertinente pour le bi-câblage par commutateurs rotatifs.
  • Superbe équilibre sur tout le spectre.
  • Médium aigu cohérent pouvant s’écouter pendant des heures.
  • Capacité d’adaptation à tous styles de musique.

Contre :

KEF LS50

  • Rigoureuse en terme de placement dans l’espace d’écoute.
  • Ne pardonne rien à un pied d’enceinte lambda.
  • Association matériel très délicate.
  • Zone d’écoute relativement proche.
  • Rodage long mais payant, transfigurant littéralement le son de l’enceinte.

KEF R300

  • Un poil plus d’aération ? Et encore que…
  • Demande de l’air autour d’elle pour fonctionner à son apogée.

Tags:


A propos de l'auteur



20 Responses to Test KEF R300, KEF LS50, Aston VS Austin mini ?

  1. Nival says:

    Bonjour,
    Test très intéressant!
    En revanche, pas de notes pour ces deux paires d’enceintes?

    • Richard says:

      Merci de votre commentaire pertinent. Le module de note n’était prévu que pour un appareil testé et non un comparatif. Nous remédions à ceci pour les prochains comparatifs et établissons de nouveaux critères pour être encore plus efficace.

  2. qal says:

    Bonjour,

    Quel ampli conseillez vous avec les Kef R300 budget max 1000€?
    j’ai pensé à l’Atoll in80, l’atoll in100, le bc acoustique EX 322, ou le bc acoustique EX 332D, le NAD C356BEE, le creek audio évolution 50AMKII (un peu léger non?), le rega brio R (idem trop léger?), le naim nait 5SI, l’Arcam FMJ A 19, ou le cambridge audio 651 A.

    Merci

    • Richard says:

      Bonjour. Les KEF sont des gourmandes. Je pense que pour profiter de telles enceintes vous devriez revoir votre budget à la hausse au risque de ne pas exploiter le superbe potentiel de ces enceintes. Mais sinon le NAD C356, l’Atoll IN 100SE toute dernière génération seront les plus puissants dans votre budget. Peut être que le NAIM 5si pourrait marcher si vous avez une petite pièce.

      Seul l’écoute déterminera votre choix final. Vous devriez économiser 300 ou 500 euros de plus, et la vous auriez un bien meilleur choix chez les grands fabricants que vous avez citer.

  3. Richard says:

    Petite précision, je ne connais pas le BC-Ex322, mais vu les caractéristiques il semblerait être un client potentiel.

  4. Grégoire says:

    Bonjour,

    Je suis depuis peu l’heureux propriétaire d’une paire de Kef R300.

    Savez-vous à quoi servent les boutons « link » derrière les enceintes, et comment doit-on les régler ? (Mes enceintes sont relié en simple câblage).
    J’avoue ne pas comprendre l’explication du manuel.

    Merci beaucoup.

    • Richard says:

      Bonjour,

      Normalement vos enceintes livrées neuves sont configurer en simple câblages. Les boutons Link permettent en les tournant vers la droite la configuration mono câblage, en les tournant vers la gauche en bi-câblage. Bonne journée.

  5. Greg says:

    Bonjour

    Super test !

    J’ai une petite pièce d’écoute d’environ 12 m2
    Actuellement j’ai une paire de kef IQ50 avec mon bon « vieux » ampli DENON PMA-2000
    Pensez vous qu’il serait adapté aux LS 50 ?
    Et aurais-je une grosse différence d’écoute entre les IQ 50 (dont je suis tout de même assez satisfait) et LS 50 ?
    merci beaucoup

    • Richard says:

      Bonjour, merci ! Je pense que le Denon PMA 2000 fera l’affaire mais il faudra apporter de l’information aux KEF LS 50. Il faudra mettre le paquet avec un lecteur CD ou DAC capable d’apporter suffisamment d’informations pour les KEF LS 50 qui ne pardonnent rien à ce niveau. Attention à la qualité de vos câbles aussi. Les KEF sont d’excellentes enceintes mais intransigeantes.

      Attention donc à la mise au point qui sera plus délicate que d’habitude, ces petites enceintes monitor sont très musicales mais exigeantes. Si vous désirez peaufiner votre système, par la suite changez le PMA 2000 par un ampli avec une solide dynamique. bonnes écoutes !

  6. David says:

    Bonjour, je vous félicite pour cet excellent test, je ne me lasse pas de le relire !
    Je suis particulièrement intéressé par l’un ou l’autre modèle KEF ici testé (chacun ayant comme vous l’avez écrit sa signature sonore) et une écoute est bientôt programmée avec amplifications Nad, Rega ou Marantz. Je me demandais si mon Luxman A-384 était un candidat potentiel à l’association avec ces enceintes ? Si c’est clairement opposé, je m’orienterai préférablement sur du Naim. Merci pour votre réponse.

    • Richard says:

      Bonjour David.

      J’ai bien peur que le Luxman A384 après tant d’années de bons et loyaux services soit bon pour le placard. On ne joue pas dans la même cour que les deux KEF… Mais Naim avec des LS50, ça promet d’être très intéressant !

  7. Greg says:

    Coucou, c’est encore moi
    Suite à vios conseils du 21 mai, je me décide (enfin) a changer mon Denon PMA 2000 pour driver les Kef
    J’hésite beaucoup entre 2 modèles :
    -Arcam FMJ A19
    -Roskan Kandy K2
    Mon lecteur cd est un rotel
    j’aimerai avoir votre avis.
    Merci pour votre aide.

  8. gimenes says:

    bonjour ,
    question tardive de la part d’un néophite :

    je souhaite tenter de lier ces kef ls50 avec ce type d’ampli :
    NAD C375BEE en promo à moins de 1000 euros actuellement.
    et le CD Rega Apollo-R à 650 euros
    l’ensemble vous semble t il cohérent pour un budget final de 2600 euros .

    ps: le lecteur cd sera acheté plus tard d’ici 3 ou 4 mois ,en espérant que ma platine blu-ray sera là pour me faire patienter….

    Merci

    • Richard says:

      Bonjour,

      Le NAD 375 me semble un choix cohérent. Mais malgré ses 2×60 watts vous devriez écouter aussi tester un NAIM 5SI avec les KEF….. Le Rega appollo R rien a redire. Excellent choix.

      Cordialement Richard.

  9. gimenes says:

    Merci beaucoup !

    je vais organiser une écoute sitôt trouvé un magasin dans le var
    qui dispose des éléments .

    cordialement.

  10. Emmanuel Libbrecht says:

    Bonjour,

    Pour un nouveau système, je suis occupé de choisir entre les KEF Q300 et les KEF R300. Les deuxièmes coutent le double des premières.

    Sont-ils vraiment valable pour le prix?

    Aussi comme ampli, je pense d’acheter un Denon PMA 1520AE ou un NAD C375BEE. Sont-ils assez pour les KEF? Et quel est le meilleur?

    Merci

    • Richard says:

      Bonjour,

      Aucune comparaison entre les Q300 et R300 n’est possible. La KEF R300 est supérieur en tout point à la petite Q300. Pour l’amplification, le NAD C375 est à fortement privilégié sur les KEF. Le Denon est un bon ampli mais on l’accordera avec une autre esthétique sonore plus en rapport.

      Si vous choisissez les R300, gardez à l’esprit que ce sont des enceintes haut de gamme méritant un lecteur CD ou une source numérique de la plus haut qualité qui soit. A prendre en compte en terme de budget.

      Cordialement.

  11. Emmanuel Libbrecht says:

    Bonjour,

    Ok c’est clair que le KEF R300 est le meilleur.

    Est-ce que un autre ampli de NAD (C356) sera assez? Ou le C375 reste quand-même l’ampli recommandé?

    Merci

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑