tara labs-prime-m3

Publié le 14 février 2014 à 20 h 57 min | par Richard

Tara labs Rsc Prime m3

Après avoir passé au grill le câble Prime 500 de Tara Labs, nous avons creusé un peu plus loin dans la gamme du constructeur américain. le Tara Labs RSC Prime M3 est la dernière mouture en terme de câble modulation utilisant la technologie RSC. Tara Labs est l’un des deux pionniers dans l’utilisation de fil à profil rectangulaire plat. Moult constructeurs ont suivi le mouvement des années plus tard.

Nous ne reviendrons pas sur cet argument technique déjà abordé dans le test du câble RSC Prime 500 évoqué ici :

A 350 euros en moyenne le Tara Labs RSC Prime m3 est considéré par la presse et les forums américains comme un excellent rapport qualité prix. Vu les qualités obtenues sur le câble haut parleur, nous étions curieux d’écouter ce câble. Voici donc en exclusivité française le test de ce câble de modulation.

Tara Labs Prim m3 aspect et fonctionnement.

La belle boîte renferme un câble bien assemblé et bien construit. A 350 euros le câble c’est un minimum acceptable. Les prises Cinch RCA sont nettement au-dessus de la moyenne avec un corps et une bague de serrage facilement manipulable.

On a droit à une traditionnelle gaîne en nylon et l’on devine la structure en dessous. Je trouve la finition plus que correcte voire discrète loin du tape à l’œil marketing. C’est plutôt rassurant. Le Tara Labs Prime m3 est livré avec un mode d’emploi en anglais et le strict minimum syndical en explication. Ce câble comporte un sens de branchement indiqué sur les bagues d’aspect aluminium ainsi que chose rare, un numéro de série.

Autre point, le Prime m3 est livré avec des protections anti rayures et trace de doigt. Un autre papier indique la signature et le nom de l’ouvrier qui a assemblé le Prime m3. Nous avons testé la version 1m sachant qu’il existe une version de 60 cm pour les amateurs de courtes distances.

prime-m3-detail

Simple comme un coup de fils

La construction est dans la lignée de la marque des montagnes d’Ashland en Orégon. Sérieuse, sans effet visuel désastreux. J’apprécie particulièrement la bague aluminium plus longue que la moyenne. Le câble reste droit sans contorsion qui pourrait être fatal sur le long terme, bien serré dans les connecteurs de l’intégré Atoll.

prime-m3-atoll-in200

Même chose sur le Gato Audio DIA 250 testé il y a peu : Gato Audio un ampli félin et subtil. La structure interne du Prime m3 reprend les recettes des anciennes gammes Axiom et AIR entre autre. Les conducteurs sont mono brins plats et rectangulaires en cuivre dans des tubes de polyéthylènes torsadé. Les espacements ne sont plus en fil de nylon mais en fibre dite naturelle.

gato-audio-taralabs

Les brins de cuivre sont de pureté 8 « nines » soit 8 chiffres après la virgule en %. Il s’agit donc d’un cuivre traité pour utilisation médicale, scientifique et surtout dans la construction de champs à induction.

Attention à la manipulation du câble. La bague de serrage doit être dévissée entièrement jusqu’à la fin de course. Sinon la RCA ne s’enfiche tout simplement pas dans le connecteur femelle. Ne forcez surtout pas si la cinch ne rentre pas. Il suffit de la dévisser à sa limite tout simplement avant enclenchement dans la cinch châssis de votre appareil.

Condition d'écoutes :

Matériél utiliser pour la session Tara Labs Prime m3

  • Portable Asus X7m avec Win 7 X64 et 8go en mode batterie. Cubox sur batterie.
  • Logiciel Foobar et Jriver sous Windows, audio player Volumio Linux Raspian.
  • DAC X sabre Matrix. Atoll DAC 100 SE. Audiophonics Xmos 384, TEAC UD 501.
  • Amplificateur Atoll in 100 se, Atoll In 200. Bloc mono Fliyng mole DAD 100M. Gato Audio DIA 250.
  • Enceinte Dynaudio Craft. B&W CM9.
  • Câble USB : Supra USB, et USB générique. Kimber AG USB.
  • Câble : Audiophonics silver, Kimber KCTG, Kimber PBJ, Taralabs omni-prism. Taralabs Prime 800, Taralabs Prime m 3, XLO Type 1. Van den Hul Clearwater. QED Genesis. Taralabs Prime 500, Taralabs Axiom. Audioquest Diamond back.
  • Platine vinyl Audio Linear TD4001 bras SME 3009, cellule Sumiko Blue. pré Atoll P200.

Alan Parsons Project album eye in the sky JVC k2 édition japonaise 16bits 44.1KHZ

AlanParsonsProjectEye

Oui je sais. Alan Parsons n’est pas le plus audiophile et le plus rigoureux enregistrement labellisé oreille en pointe. Mais justement.

Prendre un disque sonnant transistor germanium bien féraille typé 80 en haut du spectre est toujours intéressant.

Ainsi on voit si le câble a tendance à lisser ou enjoliver cette partie du spectre. Le Tara Labs s’en sort bien.

Il apporte juste ce qu »il faut de douceur sans enlever la véracité de l’enregistrement. Les harmoniques sont bien là sans tomber dans le sirupeux. La précision est d’ailleurs un point fort de ce câble.

Les cymbales sur ce disque à la définition plus que moyenne sont salis à la perfection par les harmoniques 3 typiques de l’époque d’enregistrement. Le Prime m3 est une très bonne évolution par rapport à nos anciens Tara Axiom.

L’Axiom avait une tendance a être un peu brouillon. Le nouveau M3 est dans la même lignée mais plus libre, plus précis. Ce câble passe plus d’infos que son aïeul sans caricature prononcée.

L’articulation typiquement Tara Labs dans le bas médium grave est toujours aussi intéressante, fouillée et précise sans côté répétitif.

Andréas Staier J.S Bach, Goldberg Variation Hamonia Mundi 16bits 44.1khz

andrea staier

Que j’apprécie cet album ! Andréas Staier interprète à merveille cette transcription sur clavecin des variations Goldberg.

La perfection d’écriture de Bach est retranscrite dans ses moindres détails. Le Tara Labs n’étouffe pas le lieux d’enregistrement.

Les cordes de métal sont là dans leur intégrité, sans effet néfaste, de projection ou d’harmoniques peu séduisante. Le Prime m3 est taillé pour ce style musical.

Les envolées se maintiennent sans affolement, pas de stress, pas de son hors de contexte. Belle répartition et localisation entre les Dynaudio qui apprécient le Tara Labs.

La musique coule avec naturel et dynamique bien répartie. Pas d’enjolivement particulier, de médium aigu en avant mais un bas médium grave idéalement structuré participant à un bel équilibre. C’est ce que je retiens de ce câble.

Puccinni, Tosca Phillips classic 16bits 44.1khz version Sir Colin Davis avec José Carrera.

puccini tosca Sir Collin Davis

Sur Puccini, l’ouverture avec José Carreras ne démontre pas de défaut particulier. On suit à merveille les déplacements des interprètes.

Le « final mente mia » est bien retranscrit avec l’ambiance particulière de cet enregistrement qui date mais toujours aussi convaincant.

La voix si caractéristique de José Carreras, ténor ô combien enchanteur d’une technique redoutable passe à en donner le frisson à l’auditeur. Le Prime m3 passe « la fragilité » du ténor au timbre si caractéristique.

Rien à dire sur le Tara Labs. Ce câble est conçu dans un seul sens. Amener la musique et que la musique.

TOTO TOTO IV Columbia records 33T vinyle. Premier pressage américain 1983.

toto-iv

J’ai ressorti les vieilleries et la platine TD 4001, histoire de changer un peu. Le son et le mixage West coast des chevelus TOTO de la grande époque est bien là en chair et en vinyle.

Le son bien gras et rondouillard dans le bas médium appuyant même les cymbales ( c’est pour dire) frappe de façon roborative à souhait.

Le Tara Labs n’en rajoute pas et se contente de retranscrire ce que lui donne le pré-pré Atoll dans son intégrité. Je n’irai pas à dire que ce câble est absolument neutre mais il confère un aspect et un équilibre très réussi.

Le bas médium est très bien réalisé et le Prime m3 laisse passer le peu de dynamique victime de la surproduction de l’époque et les montagnes de racks effets des studios californiens.

De ce point de vue le Tara Labs laisse passer les infos sans en perdre une miette.

Et dire que ce disque a reçu un Grammy pour la qualité de mixage d’enregistrement en 1982….

Conclusions

2013 fut une année particulièrement fructueuse en matière de tests de câbles en tous genre. Tara Labs indéniablement sort du lot et montre une maîtrise de fabrication et de résultat à l’écoute. Le Prime M3 est dans la lignée de ses aînés Axiom et RSC air. La signature de la marque est là avec un bas médium grave lisible et détouré, un médium aigu particulièrement bien intégré au reste sans tomber dans un côté descendant ou à l’inverse favorisant les aigus ou les graves.

Un très bon câble qui trouvera sa place dans beaucoup de systèmes de bon niveau de par son équilibre subjectivement naturel.

Tara labs Rsc Prime m3 Richard

Tara Labs RSC Prime M3 350 euros prix indicatif

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion: Un excellent câble subjectivement équilibré laissant passer foison de détails et de subtilité.

3.6


Pour :

  • Équilibre du bas jusqu’en haut.
  • Fabrication sans faute.
  • Le prix encore acceptable.
  • Excellente tenue des cinch RCA.

Contre :

  • Attention à desserrer la bague à son maximum (voir le test).
  • La Cinch RCA plus longue que la moyenne en cas d’espace arrière restreint.
  • Un mode d’emploi en français aurait été un plus.


A propos de l'auteur



2 Responses to Tara labs Rsc Prime m3

  1. decrand says:

    Bjr,
    ou peut on les trouver ?

    merci
    ED

    • Richard says:

      Bonjour,

      malheureusement, à ma connaissance, la marque n’est plus distribué récemment pour l’instant en France. Néanmoins vous pouvez demander en anglais si un distributeur européen existe au en contactant Devon Scott de Tara Labs à cet Email.

      sales@taralabs.com

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑