sugden-a21al

Publié le 16 novembre 2013 à 21 h 29 min | par Richard

Sugden A21 A série 2 la classe A ou rien !

Beaucoup la convoitent, certains en rêvent, d’autres se demandent si elle n’est qu’une affabulation audiophile de plus. La véritable classe A sans distorsion de croisement produit à base d’un seul transistor (single-ended), la reine de l’amplification, fait débat depuis plus de 50 ans.

carton-sugden-a21-al-2

Pourtant l’amateur de longue expérience ou le néophyte mélomane ne peut rester indifférent le jour où il a écouté pour la première fois un appareil comme le Sugden A21. Au- delà des modes et des superlatifs il faut reconnaître l’évidence.

Sur un amplificateur utilisant ce procédé d’amplification énergivore, le son et la musique prennent une toute autre dimension. Tout audiophile se doit un jour d’écouter dans de bonnes conditions un amplificateur en classe A, ne serait ce que par éducation auditive pour comprendre pourquoi certains s’épanchent comme je viens de le faire entre ces lignes.

Test donc d’un intégré anglais Sugden A21 série 2, un amplificateur qui risque de remettre fortement en question votre vision de la musique !

power-sugden

Sugden fait partie de cette longue lignée de fabricants au savoir faire magique n’ayant quasiment pas dévié de leurs concepts d’origine. On pourrait citer aussi des sociétés comme Conrad Johnson ou encore Audio Research qui font partie de ces concepteurs loin des modes qui avancent par petits pas, adaptant un long savoir faire à l’évolution technique.

C’est la véritable force des vraies marques de HIFI. Restez fidèle à ces idées sans être dans l’immobilisme adaptant des schémas éprouvés en s’ouvrant sur les dernières technologies. Sugden a fait évolué en douceur sa longue lignée d’amplificateurs A21 depuis 50 ans !

Imaginez donc, j’ai écouté mon premier Sugden A21 en 1991. A l’époque, l’ampli était d’un look spartiate, non télécommandable, avec peu d’entrées mais d’une musicalité qui vous prenait au corps sur une paire de Spendor BC1. Je suis ressorti de là, traumatisé en rentrant chez moi, j’ai regardé d’un air dédaigneux mon pauvre petit ampli Audio Innovation Se 500 comme s’il s’agissait d’un vulgaire poste à galène….

Mes certitudes s’étaient effondrées. Voilà ce qui risque de vous arriver si vous écoutez un Sugden A21. Vous êtes prévenus !

Point de magies, mais des solutions sérieuses issues d'une longue expérience.

Le Sugden A21 série 2 d’une apparente simplicité est un long cheminement de solutions connues et éprouvées qui ont fait sensation en 1967 dans la campagne anglaise du west Yorkshire. L’amplificateur entièrement en transistor discret respire le bon sens et une conception dévolue dans un seul but. Faire de la musique sans concession.

sugden-connectique

La partie alimentation est bien plus conséquente que le A21 d’origine des années 80 et 90 avec deux condensateurs Rubycon de filtrage de 10000µF par côté, des transistors Sanken que l’on retrouve aussi chez Marantz et Luxman. Le transfo est torique, de bon diamètre de type low profile, on est en terrain de confiance. Le schéma est entièrement composé de transistor discret.

Le potentiomètre est le traditionnel Alps motorisé. Sachez qu’un Sugden est entièrement fabriqué par une seule personne en Angleterre comme en témoigne l’étiquette de suivi fournie avec l’appareil. La façade dépouillée au possible indique les principales fonctions tombant sous la main avec aisance.

telco-sugden-a21-al

Petite révolution chez Sugden, le A21 Al série 2 est télécommandée. Seul petit regret, on aurait aimé une sérigraphie indiquant la dénomination de l’entrée sur le sélecteur. Mais bon, c’est vraiment anodin. On dénombre donc 5 entrées haut niveau et une tape monitor. Une entrée peut être utilisée en option pour une phono MM. Mais il serait dommage de se priver des étages phono de la marque, notamment le Sugden Stage one MM MC.

Sugden étage phono entièrement en transistor discret modèle Stage One.

STAGE-1-PHONO

L’ampli fait donc 2x 23 watts pour un poids 8 et 11 KG emballé dans son carton. Le mode d’emploi est simple et ne souffre pas de critique particulière. Une sortie pré-out est bienvenue et pourrait s’avérer utile pour un caisson de grave actif par exemple ou un amplificateur de puissance.

sugden-co-2

Un ampli qui parle à vos sens.

Conditions et écoutes

miles-the-giantmiles-the-giant

Une fois les précautions prises nous avons sorti nos Dynaudio Craft sur leurs pieds Atacama. Des enceintes de monitoring dotées d’une l’analyse exceptionnelle avec le fameux tweeter T330D Esotar mais d’un rendement passable soit 86 Db. Nous avons aussi procédé à une écoute avec les nouvelles bibliothèques de la marque danoise, les Excite X14.

Par pur amusement nous avons sorti du bureau une paire de klipsh RF 52 mk2 pour voir comment se comporte le Sugden sur une paire d’enceintes titrant à plus de 93Db de rendement.

Comme à notre habitude, le Sugden est resté en chauffe, plus d’une journée avant toute écoute sérieuse. Au moins la classe A a cet avantage, vous passerez l’hiver au chaud.

D’ailleurs, le mode d’emploi indique clairement que la température ne doit pas dépasser 38° dans la pièce d’écoute.

La source reste notre PC optimisée sortant sur une interface Audio GD V3.0 attaquant notre convertisseur DAC Matrix X sabre ainsi qu’un nouveau venu, un DAC Teac UDH1.

La platine vinyle reste l’Audio Linear avec son bras SME et une cellule Ortofon RED sur le pré-ampli Riaa Atoll P200.

Rachel Podger JS Bach Qobuz 24bits 96khz.

bach 24bits 192khz

Sur les deux paires de Dynaudio, Le Sugden charme de suite avec un suivi musical hors norme. L’apanage de la pure classe A prend ici tout son sens.

Les cordes sont exceptionnelles de lisibilité. Le Sugden A21 branché aux Dynaudio Craft ont donné un moment presque palpable. L’ouverture de la scène sonore procure une véracité sur le suivi mélodique rare.

Chaque inflexion de corde ou d’archet est exacerbé, suivit de tout ce qui peut faire de la musique. Harmoniques, déliés, vivacité du jeu.

La focalisation frôle aussi l’exceptionnel, démontrant les mouvements des instruments dans la scène sonore. Cela va loin, très loin même. Evidemment, les 23 watts montre quelque limitations notamment sur la Excite X14 et étrangement un peu moins sur les Craft plus faciles à « driver ».

L’accord est même plutôt de bon aloi. La capacité d’analyse des tweeters Dynaudio liés au raffinement de cet ampli, procure sur de la musique classique un moment intense d’émotion.

Supertramp Breakfast in America edition vinyl 1979

le-vinyl-de-1979

Ok, le Sugden est un vrai petit miracle… Le flot musical est tel que l’on se surprend à entendre une nouvelle façon de ressentir ce morceau bien trop écouté. Cela fuse dans tous les coins sur « Logical song » avec une capacité à transmettre le jeu de ce groupe légendaire dans toute sa vérité.

Vous n’aurez pas une ligne de basse démentielle avec les 23 watt du Sugden mais sur une paire de bibliothèque comme les Dynaudio qui descendent bas, cela reste crédible.

Sur les Klipsh la batterie claque délicieusement et l’écoute est jouissive malgré le manque d’analyse des RF52 Mk2 dans le médium aigu vis à vis des Dynaudio.

J’aime particulièrement cette facilité déconcertante qu’a ce petit ampli à transmettre la musique.

Shostackovich symphonie n°10 chef d'orchetre Mariss Jansons et le Royal Concertgebouw Orchestra. DSD RKO live.

shostakovitch_symphony_10

Les Dynaudio et leurs 86 Db montrent ici un peu leur limite avec le Sugden et ses 23 watts. L’ensemble reste malgré tout d’une grande beauté et d’un lyrisme peu commun.

Selon certaines configurations ce morceau de bravoure qu’est la symphonie n°10 peut s’avérer rigide à l’écoute voire ennuyeuse.

Le Sugden lui, du haut de ses 23 watts va chercher au plus profond de la musique capable de respecter le legato musical avec un sens inné. Sur une paire d’enceintes plus adaptées le Sugden peut faire de vrais miracles.

Sur les Klisph qui pourtant sont très en deçà de la transparence des Dynaudio on se surprend à suivre l’ensemble de l’oeuvre avec un plaisir certain.

La focalisation des instruments vient tout simplement toucher les références du marché bien plus chères. En cela le Sugden est fascinant.

La beauté harmonique touche à l’exception, toute catégorie confondue. Il faudra aller chercher très loin en terme de tarif pour faire mieux avec plus de watts.

Marcus Miller the sun don't lie Dreyfus Jazz.

Marcus Miller the sun don't lie

Le A21 démontre ici toute sa capacité d’analyse à aller chercher des notes insoupçonnées pour le plaisir de l’auditeur dans un tempo cohérent, participant au jeu des musiciens.

Joe Sample est tout simplement dans son véritable jeu de piano, soutenant Marcus Miller et non dans un défilement de notes incohérent, avec une faculté déconcertante pour situer le piano dans l’espace.

Le jeu tout en finesse de Miller est lui, lisible dans toutes ses inflexions du « tapping » jusqu’au glissé de sa six cordes Jazz Bass.

Certes il manque parfois un peu de soutien du grave mais sur une autre paire d’enceintes plus adaptées on doit certainement atteindre le nirvana.

Conclusions

Sugden a bien évolué, retenant la leçon au fil du temps avec ce qui a fait son succès. La capacité du A21 série 2 en terme de suivi de l’interprétation d’instruments solistes frôle l’exceptionnel. Les amateurs de musique baroque et de petites formations classique ont trouvé là, un appareil frisant la perfection. Le clavecin notamment touche à l’ultime avec un plaisir sans limite ou presque.

Pour autant, si l’on prend soin de judicieusement choisir ses enceintes, le Sugden peut se révéler bien plus universel pour une écoute de rock et de jazz voire d’opéra. Taillé pour écouter les Beatles ou Oscar Peterson en trio cet ampli donnera satisfaction pour le passionné cherchant désespérément l’ampli respectant le jeu des musiciens de sa médiathèque.

On est à l’antipode de l’analyse pour l’analyse surlignant de manière faussée les informations « hifihisées » dans une présentation intellectuelle peu intéressante à l’écoute.

Pour les enceintes, plusieurs choix s’imposent. Une petite paire de bibliothèques particulièrement ouverte et facile à faire marcher, pourra donner satisfaction. Pour autant il ne faudra pas une enceinte compliquée à mettre en oeuvre, mais des hauts parleurs avec une impédance stable et tournant aux alentours de 8 ohms d’un rendement tournant aux alentours de 90Db.

En deçà, le Sugden pourrait montrer quelques limites. Evidemment, plus on a de rendement avec peu de hauts parleurs plus ce sera facile pour le A21 série 2. Personnellement je verrais bien un essai pourquoi pas d’une Klilpsh Paladium P17 F.

Une paire de Jean Marie Reynaud Offrande pourrait faire un beau mariage. Voir du côté d’Apertura aussi. Ce qui est certain c’est que le Sugden demandera une enceinte avec une partie médium aigu d’une grande ouverture pour bénéficier de l’exceptionnel expression dont il est capable.

Le Sugden n’est pas recommandé il s’impose ! Une des meilleures écoutes de 2013… Merci Sugden.

 

Sugden A21 A série 2 la classe A ou rien ! Richard

SugdenA 21 série 2 1890 euros en moyenne

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion: Un ampli qui va loin en terme de musique, de beautés des timbres. Un des rares représentant de la véritable classe A a un prix presque raisonnable.

4.1


Pour :

  • L’ampli le plus musical en dessous de 2000 euros.
  • La finition qui a grandement évoluée.
  • l’option phono.
  • le son de la classe A.
  • La télécommande.

Contre :

 

  • Pas de repères numérotés des entrées sur le bouton de sélection.

Tags:


A propos de l'auteur



11 Responses to Sugden A21 A série 2 la classe A ou rien !

  1. ludvic says:

    plus une question qu’un commantaire
    Sur une paire de klipsch rf82 mk2 qu’en pensez vous ?

    • Richard says:

      Bonjour. klipsch en général marche plutôt bien sur les amplis Sugden. Pour les RF82 et ses deux hauts parleurs de 20cm, le modèle A21SE est peut étre plus indiquer. Seul un essai sur vos enceintes peut trancher. Sur une paire de RF62 II le 21 SE est excellent.

  2. jean fracois says:

    Bonjour, comme mon prédécesseur plus une question qu’un commentaire. Pensez vous que le Sugden A 21a pourrait judicieusement se marier avec des enceintes bibliothèques Sonus Faber venere 2.0
    dans l’attente
    merci beaucoup

    • Richard says:

      Bonjour,

      je ne connais pas bien la Vénéré 2.0 mais plutôt les colonnes du même constructeur. A priori je ne vois pas ou serait le soucis.

      Bonne journée.

  3. jean francois says:

    Bonsoir
    Merci pour votre réponse

    cdt

  4. Denis says:

    Bonjour, et avec des Leedh starlet ?
    Merci.

  5. Marchetti says:

    Bonjour,

    Je compte acquérir ce a21se pour alimenter mes mulidine bv2 dans une pièces de 14m2.

    J hésite a pousser jusque ia4…

    Qu’en pensez vous pour l’association avec mulidine ?

    Merci

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑