MiZiK-Full-System-dstream-dvin-dplay-dapre

Publié le 20 février 2015 à 20 h 54 min | par Richard

Streamer Hifi 2015, mon coup de gueule !

En 2015, la Hifi française va connaître un sacré virage à travers ses circuits de distribution et la façon de consommer la musique. Croyez moi, d’après les dernières informations qui circulent, 2015 est une année de toutes les surprises…

Spotify, Deezer, Tidal aiguisent leurs couteaux numériques et le géant Apple scrute le marché de son œil de « big brother » avec un intérêt de tous les instants. Aujourd’hui pourtant à l’heure où foison de DAC, de pré-amplis numériques refont leur apparition, on peut être surpris de voir le peu d’engouement pour des sources que l’on pourrait qualifier de Hifi sur les étalages des revendeurs en chair et en os.

spotify

La guerre des boutons !

Nombre de mes collègues ou amis me demandent fatidiquement quelle source numérique acheter en remplacement de leurs bons vieux lecteurs CD. Selon la personne en face de moi plus ou moins sensible à la génération numérique, la solution peut être rapide en expliquant les derniers logiciels à la mode testés et d’appliquer les choix logiques en conséquence.

Mais contrairement aux idées reçues et véhiculées par un marketing de plus en plus agressif, la majeure partie des gens ne sont pas des technophiles invétérés se précipitant sur la dernière interface USB/SPDIF hors de prix.

Non, monsieur tout le monde veut simplement écouter de la musique comme au temps où il glissait sa galette de 12 cm en aluminium irisé dans le suave transport CD en plastique massif de son lecteur payé une petite fortune.

systéme-logan

Aujourd’hui si vous débarquez dans une grande surface, anciennement disquaire si, si ça a existé !   Vous découvrirez dans un rayon appelé son, Hifi, épluche légumes, une régression technologique comme on n’en a jamais vue. Sur des tables juchent des petites boîtes de plastique Bluetooth et Wifi avec un haut parleur mono voire deux dans le meilleur des cas.

En 20 ans, nous sommes passé des mini chaines stéréo, premier pas vers l’étrier de la Hifi comportant un lecteur CD, une radio, un magnétocassette, et une paire d’enceintes plus ou moins acceptables à des boombox aux haut parleurs uniques de 8 cm sans fil ou presque, pesant moins de 200 grammes. Si ça ce n’est pas une régression, je ne sais pas ce que c’est !

Mini Babylon.

A vouloir vivre dans la miniaturisation on finit par penser petit. J’imagine Mozart, Wagner et Puccini aujourd’hui voulant produire un Opéra. On leur répondra sans doute que par manque de budget, leur projet mégalo non éco-responsable n’a pas le panel clientèle visé, coûtant trop cher en rapport de l’investissement initial.

Nous avons tous droit quasiment chaque jour à ce genre de phrases pré-formatées de notre F.A.I à notre  banquier…

Une histoire sans fin.

L’amateur passionné, le technophile né dans les années 70/80 sensibilisé à l’ère numérique, les fameuses générations X et Y (en voilà un cliché) sera tout à fait apte à dénicher l’information utile pour se faire une source dématérialisée de qualité. Pourtant même pour l’amateur averti, la complexité de mise en oeuvre dépasse l’entendement pour écouter un simple fichier 16 Bits 44.1 Khz aujourd’hui. On frôle le ridicule, la bêtise à l’état pur et l’on regrette presque le temps de l’ ORTF avec 3 chaines de télévision.

Comme le fil d’Ariane qu’il ne faut pas perdre, vous devrez télécharger une application capable de gérer correctement votre médiathèque préalablement conditionnée à la perfection ayant épluché nombres de forums traitant le sujet des tags et autres fichiers aux noms barbares pollués des termes bit-perfect, jitter, Asio, Wasapi et j’en passe. Tout ça pour avoir une lecture « gapless » avec les bons titres et ne pas retrouver votre Traviata préférée avec le dernier Madonna en pochette.

vault-bluesound

Une fois le tout configuré, on se rend compte que si l’apport d’information est au rendez vous à l’écoute, le son sorti de la « boi-boite » informatique n’est pas synonyme d’une musicalité évidente. Au risque de me mettre tout un tas d’objectivistes à dos, désolé mais un ordinateur est loin d’être la panacée pour lire de la Hifi.

Cela reste un outil de loisir et de production, loin des desiderata de simplicité, de fonctionnement et de haute fidélité que l’on est en droit d’attendre. Après avoir acquis nombres de boîtiers d’interfaces, on peut aisément penser que l’investissement total correspondant à une machine dédiée de Streaming aux normes Hifi aura encore peut être une valeur marchande d’occasion qui peut être une solution plus fiable.

Coup de gueule inside !

Vous l’aurez compris, je suis quelque peu en colère, désarmé devant les choix pris ces derniers temps par nombre de constructeurs, dans un immobilisme lattant, attendant de se faire ravir la première place par le radio streaming. On vous aura prévenus ! Aujourd’hui, on peut se sentir amer envers le choix proposé si l’on veut sortir de l’ordinateur et se payer un Streamer digne de ce nom. Soyons réalistes deux secondes.

Nombres de ces machines sont des ordinateurs re-carrossés avec deux ou trois composants placés ici et là pour justifier leur tarif dans des belles boîtes en alu. Je n’ai rien contre le principe, si la musique gagne en fidélité mais il est évident qu’avec internet, n’importe quel petit malin aguerri en fera autant pour un budget bien moindre. Le Raspeberry-Pi et la communauté Hifi sur Linux a démontré depuis 5 Ans les bienfaits sur le sujet.

Un Raspeberry Pi avec boitier aluminum

aluminium case Raspeberry Pi

On peut en effet se demander comment justifier un Streamer à 5000 Euros ne comportant pas de DAC avec une alimentation à découpage industrielle quand on voit à l’intérieur une carte mère micro ATX à 80 Dollars, un disque dur SSD et une carte son un peu plus chiadée que la moyenne… Le tout tournant sur une énième adaptation de Squeezelite et MPD sous Linux quand ce n’est pas sur une version appauvrie de Windows 7 ou 8.

Pourtant les choix technologiques existent pour se démarquer du monde DIY mais il semblerait que tout le monde fasse la sourde oreille. Au final, internet et la communauté des Do It Yourself vont gagner la partie et c’est plutôt bon signe. Seul souci du procédé, tout un pan de la société sera exclu car non aguerri à ce type de communication.

Cela est regrettable à un point inimaginable. La musique devrait être véhicule musical de partage intellectuel. Hors ce qui se dessine à long terme est une exclusion technologique à travers différentes couches sociales des audiophiles ne possédant pas ce savoir informatique.

Deux mondes qui s’ignorent !

On pourrait croire en 2015 que l’informatique et le petit monde de la Hifi seraient en parfaite osmose. Il n’en est rien ! 2014 a été une année riche en expérience auditive et je dois en tirer une conclusion amère. Lisez bien les lignes qui vont suivre.

Les appareils développés ces deux dernières années démontrent bel et bien une lecture supérieure grâce au procédé « bit-perfect » et à la lecture dématérialisée. C’est une évidence de plus en plus partagée par un grand nombre de passionnés de musique. Seulement comme tout nouveau marché, il semblerait que nombres de constations et de choses logiques soient passées inaperçues par les constructeurs.

le drive CT 460 Van Medervoort que nous utilisons bien souvent.

van-medervoort-Ct460

Il ne suffit pas de mettre un logiciel de type Linux et Windows dans des machines au demeurant bien réalisées pour faire sonner un Streamer. Comparé à des sources CD à plus de 6000 Euros réputées faites dans les règles de l’art, je peux aujourd’hui en tirer un constat à peu près objectif. Nombre de ces Streamers performants en terme d’information à l’écoute sont déficients sur les timbres et harmoniques dans le haut médium aigu par rapport à l’ancêtre sur lecteur CD.

Comme le début du CD, ces appareils ont un son froid et désincarné dans de nombreux cas.

Nombres de cartes mères d’ordinateurs sont détournées de leur fonction d’origine et ne fournissent pas la qualité électrique que l’on est en droit d’attendre en 2015 pour de la Hifi haut de gamme. Il manque cruellement des solutions pensées dans ce sens. Quand elles existent, les tarifs s’envolent à des points inatteignables pour monsieur tout le monde alors qu’il s’agit de simples processeurs programmables avec des systèmes d’exploitations souvent issus de l’informatique Linux/FreeBSD gratuite. Un comble !

Au début était le C.A.L Tempest.

L’analogie est évidente. Quand le lecteur CD est sorti en 1983, le son était loin de ressembler à son ancêtre le vinyle. Il a fallu attendre 1987 pour voir débarquer de petites sociétés loin des grands consortiums comme Sony et Phillips pour enfin avoir des lecteurs CD respectant les oreilles des auditeurs. L’exemple le plus connu est certainement le California Audio Labs Tempest. Ce lecteur à base de platine Phillips et DAC TDA 1541 fut le premier lecteur CD capable de musique. D’autres exemples ont suivi comme l’Arcam Delta 70 ou encore le superbe Cambridge Audio CD3. Marantz a fait un sacré travail de démocratisation à l’époque avec ses CD50 et 80.

Si le Streamer veut évoluer il faudra là aussi des passionnés pour se saisir de ce pas technologique de géant et fournir des machines réellement abouties et non de simples boîtes avec une carte mère mini ITX, une alimentation à la qualité aléatoire et se dire que le tour est joué. C’est un peu plus complexe que ça …

Le risque est évident. S’il n’y a pas d’alternative crédible face aux ordinateurs équipés d’interfaces USB/SPDIF, personne n’achètera de Streamers qui soient leur copies conformes dans des boîtiers aux dimensions Hifi.

Le plan Marshall pour la musique ?

Le constat est pourtant simple. L’amateur désire une interface simple sur sa tablette, ne pas passer des heures à régler les diverses strates et couches logiciels ce qui au final est une aliénation permanente au détriment du plaisir d’écouter de la musique.

Autrement dit, je fantasme sur un Streamer aussi simple qu’un Sonos mais avec des qualités de son haut de gamme. Est-ce trop demandé ? Suis je le seul ? Vu le nombre de forums traitant du sujet je suis persuadé du contraire.

rega-drive-2

L’appareil se doit de comporter une vraie alimentation sans bruits parasites « Ripple », sans plan de masse issu de Mars ou Jupiter et enfin des sorties numériques dignes de ce nom sans chercher des solutions « d’upsampling » alambiquées coûteuses sans intérêt, masquant bien souvent l’inefficacité des concepteurs derrière. Evidemment, la partie conversion se doit d’être à la hauteur.

Le tout serait dans une boîte à un tarif acceptable entre 500 et 2500 Euros sans forcément un afficheur bleuté ou une façade champagne rassurant l’ego de son propriétaire…

Ce que je demande a l’air d’une simplicité biblique. Pourtant il semblerait que l’on soit totalement à côté de la plaque ! A part quelques rares protagonistes, le reste me parait totalement hors de propos.

Le marché n’est plus à 6000 Euros la machine, à l’heure où 8 Millions de personnes en France gagnent moins que le Smic.

Voici donc une liste de matériels, afin de montrer qu’il existe des exemples convaincants dont nombres de spécialistes devraient s’inspirer…

Vous y trouverez des solutions diamétralement opposées mais correspondant à la même attente.

Les solutions en 2015 :

Streamer Marantz Na 6005, Na 8005, Na 11S1.

marantz Na6005 white

Marantz est certainement le constructeur de Hifi industriel offrant la gamme la plus équilibrée du marché. Fort de son long passé dans le domaine, cette gamme propose des choix logiques à des prix encore réalistes.

Le Na 6005 par exemple coûte près de 599 Euros, ce qui est encore abordable pour un lecteur réseau. Télécommandable par smartphone ou tablette, voilà un outil simple et efficace avec d’incontestables qualités sonores.

Marantz-NA6005

Le Na 8005 et le fabuleux Na 11S1 sont de la même veine à des tarifs plus élitistes mais encore contenus si l’on regarde le reste du marché au regard des prestations proposées.

Bien sûr, tout n’est pas rose pour l’instant et il faudra s’assurer de la compatibilité avec une médiathèque bien configurée au préalable, point toujours désagréable en 2015.

Mais la tentative de Marantz est louable de proposer des appareils vraiment développés de A à Z et non un assemblage de cartes pris ici ou là.

Marantz à prix abordable propose des prestations musicales réelles encore trop rares dans le monde du dématérialisé pour le prix d’un lecteur CD moyen de gamme.

Moon Audio Mind 180, 1100 Euros.

Moon 180_mind

Avec Sotm, Moon Audio est une des rares marques proposant un Streamer pilotable par smartphone/tablette performant sur ses sorties numériques SPDIF en AES EBU s’il vous plaît.

Si l’application Mind proposée avec ce mignon Streamer a encore quelque défaut, il a l’avantage d’être plus simple que la moyenne et plutôt efficace.

Quelques petites limitations tout de même, l’appareil étant à 24 Bits 192Khz maximum. Honnêtement qui utilise des morceaux DSD 128 ou 32 Bits 384 Khz ? Quasiment personne sauf pour épater la galerie…

Le choix de raison quand on est perdu dans la jungle des Streamers audiophiles à un prix encore acceptable si l’on possède un DAC performant.

Auralic Aries. 1600 Euros en moyenne.

Auralic aries et Aries LE

Auralic fait le buzz depuis quelque temps déjà avec ce superbe appareil fort bien conçu. Non exempt de défaut, Auralik propose quelque chose d’indéniable par rapport à la concurrence. Une solution quasiment clé en main avec un logiciel fort bien réalisé pour lire votre médiathèque audio.

L’appareil est encore dans un prix presque acceptable autour de 1600 Euros en moyenne. D’après les forums, la sortie SPDIF classique serait supérieure par rapport à la sortie AES-EBU. Des essais s’imposent donc pour en tirer toute la quintessence.

lightning_ios_Auralic

L’Auralic Aries a pour lui une qualité de construction bien exécutée, une application recevant des mises à jour permanentes et un nombre de sortie conséquent comprenant même une connectique USB pour une interface externe.

Daphile (gratuit) + NUC Intel.

daphile ripper

Voici la solution du fauché ultime et pourtant non dénué de qualités énormes. Imaginez un système d’exploitation Gentoo Linux et un logiciel aussi simple que possible, d’une souplesse infinie, de surcroît capable de lire vos fichiers DSD, de ripper votre collection de CD en FLAC.

Daphile est un rêve tout éveillé avec un son laissant son auditeur pantois. Armé de n’importe quel ordinateur récent tournant sous plateforme X86 compatible Intel voilà le système ultime pour le bricoleur éclairé du dimanche soir.

Evidemment pilotable en Wifi sous Android/IOS ou sous quasiment n’importe quel interface HTML gérant le DHCP, Daphile est un petit bijou d’inventivité.

Le budget est imbattable, soit le prix d’un NUC Intel à moins de 150 Euros ou n’importe quel vieux Celeron traînant dans un grenier. Ce qui vous laissera un budget conséquent pour une interface de course allant de la sympathique clé USB M2Tech Face 2 à la plus complexe Audiophileo USB 2.

Un NUC Intel, en moyenne 150 Euros…

nuc intel

Seul défaut de cette solution hautement musicale, il faudra impérativement s’y connaître en informatique pour installer la clé USB dévolue à cette utilisation.

Sachez que j’utilise Daphile tous les jours sur un ordinateur avec une alimentation modifiée avec en sortie numérique SPDIF une simple Asus Essence ST. Rares sont les solutions commerciales dépassant le résultat auditif avec Daphile.

Daphile est la solution ultime dans un budget de 350 Euros, ordinateur et interface USB/SPDIF comprise.

Nous ferons sans doute un article sur le sujet. Daphile est fascinant à plus d’un titre…

Volumio/Rune Audio sur Raspeberry Pi modèle B+.

Volumio_tablet

Issu de la communauté Linux, Volumio et Rune Audio sont des logiciels conçus pour les mini ordinateurs Raspeberry Pi valant moins de 50 Euros.

Pour le prix, vous avez droit à une excellente petite machine avec sortie HDMI gérant la haute définition. Les bricoleurs le savent, le Raspberry Pi hormis sa communauté de passionnés très active propose un argument de poids technique.

Il possède une sortie I2S d’origine. Pour rappel l’I2S est le format par excellence pour véhiculer du son numérique sur de très courtes longueurs. Le fameux Superlink de CEC par exemple ou les sorties sur HDMi ou Rj45 des convertisseurs DAC PS Audio utilisent ce procédé.

Pour un budget tout aussi ridicule, une simple carte de conversion chez Audiophonics permet pour une centaine d’Euros un Streamer d’une qualité très honorable pour l’étudiant à l’aise avec l’outil informatique.

Là aussi une solution très souple pour un prix dérisoire au vu des qualités énoncées face à un marché qui cherche encore ses repères.

Il semblerait que par ses réglages proposés, Rune Audio propose par ses Kernel ajustables plus de fonctionnalités visant à parfaire le son…

Conclusions

Comme vous pouvez le voir, j’ai mis peu de solutions en ligne traitant du sujet. Ayant passé en revue un certain nombre de Streamers en 2014 de 500 à plus de 7000 Euros, force est de constater que le marché n’est pas encore mature. Il manque sérieusement des alternatives clés en main et de choix sur un secteur d’activité qui pourtant est entrain d’exploser sur internet. Pour avoir écouté pas mal de configurations sur ordinateurs et appareils dédiés, le chemin est encore long pour remplacer définitivement le bon vieux lecteur CD.

Nombres de solutions purement informatiques sont à la hauteur ou dépassent en termes de rendu sonore nombres de Streamers commerciaux. Rares sont les exemples capables d’inverser la tendance. Il faudra du temps et des concepteurs brillants comme Don Wadia Moses de Wadia, Tom Collangello de Mark Levinson ou Julian Vereker de Naim Audio à l’époque du CD.

Le constat est évident. Il ne manque pas de solutions informatiques ou de composants aptes à un résultat musical satisfaisant. Grâce à internet, il y a pléthore aujourd’hui de solutions. Non, ce qui manque cruellement aujourd’hui ce sont des hommes brillants capables de synthétiser tout cela dans un savoir faire servant la musique et seulement la musique.

Pour :

Contre :


A propos de l'auteur



16 Responses to Streamer Hifi 2015, mon coup de gueule !

  1. Guillaume says:

    Bonjour,

    Très bon article qui jette une fois de plus un petit pavé dans la marre.
    Mais qu’attendent les grands fabricants audiophiles (Naim, Rega, …) pour sortir un vrai streamer audiophile abordable.

    L’offre de streaming hifi existe et se développe (Spotify premium, Qobuz, Tidal…), mais il y a pour l’heure trop peu de streamers audiophiles pour en profiter !!!!

    Le marché continue de se construire autour des simples DAC qui ne sont pour moi qu’une solution d’attente (comme le HD Ready à l’époque !)

    Dans un budget « abordable », ne voulant pas devoir « bricoler » pour me constituer un streamer ni devoir utiliser un ordinateur, j’attends les 1ers retours du Marantz NA60005 pour voir si l’écoute est a minima au niveau du lecteur CD de la gamme.

    Guillaume

  2. Rod says:

    J’ai hâte de lire votre article sur Daphile !

  3. Toin says:

    Encore une fois…bien joué !

    C’est exactement le dilemme dans lequel je suis actuellement : j’ai acheté suite à une promo irrésistible les petites sœurs des enceintes stéréo dali fazon que j’étais venu chercher à l’origine.

    Je me retrouve donc avec 5 enceintes au lieu de 2. J’avais déjà envisagé les différentes solutions évoqués dans l’article pour un système stéréo à moindre frais et me retrouve à devoir fouiller le net pour une solution multicanale.

    En gros il me faut maintenant une amplification « audiophile » sur au moins 2 canaux et qui suive pour les 3 autres, une « vraie » correction pour la pièce d’écoute, un « streamer » simple d’utilisation sur tablette/smartphone sans devoir naviguer dans des répertoires sur la TV et pouvoir allumer tous les composants avec une télécommande « universelle ».

    Hors tarification de roi du pétrole – et même avec un budget conséquent – il semblerait qu’il faille toujours faire des concessions. Je me retrouve avec des solutions opposées que je trouve représentatives de l’article :
    – les amplis nad/cambridge semblent être les plus qualitatifs côtés ampli/pré-ampli mais pas de correction ou de lecture réseau simplifiée. D’ailleurs que valent vraiment ce type d’ampli en hifi stéréo ? => Nécessité d’ajouter un streamer/mini-dsp/pc ?
    – les amplis anthem semblent être reconnus pour leur correction efficace et leur bonne amplification mais ne proposent aucune possibilité de lecture réseau
    – les amplis japonais proposent une moyenne entre ces critères avec lecture réseau et applis android, correction et amplification basique mais je voudrais une qualité stéréo très bonne => mini-dsp + ampli de puissance stéréo ? Mais quid de la qualité de préamplification ?
    – le pc avec carte asus essence directement reliée à un ampli de puissance mais qui nécessite plus de temps d’investissement et dont l’interface est peut-être moins accessible pour les autres utilisateurs. Surtout s’il faut lancer différentes applications en fonction de l’écoute de musique et du visionnage de film, tout en intégrant la bonne configuration des enceintes entre 2.0/2.1 et 5.1 et la calibration associée.
    Peut-on d’ailleurs relier la prise trigger d’un ampli à l’alimentation et contrôler l’allumage et les fonctions de base avec une télécommande harmony sans devoir allumer la TV ? => L’usine à gaz en somme. J’ai déjà utilisé un htpc et la configuration ne semble jamais se finir, et encore sans logiciel de correction !

    Si vous aviez des conseils à donner ils seraient bienvenus vu que je suis à peu près dans la même démarche que vous.
    En attendant, je continue à fouiller le net et les forums…et comme pour les précédents commentaires je suis toujours en train d’attendre des retours subjectifs sur un produit ou un autre, un logiciel dont il manque toujours une fonction, etc. et à comparer des rapports qualité/prix sur des comptes-rendus/tests/review/mesures avec très peu de possibilité d’écoutes « réaliste » directe (hors show-room à 2 balles) :)

    Bonne continuation !

    • Richard says:

      Bonjour,

      Pour ma part j’apprécie fortement la marque Marantz pour avoir des qualités audiophiles et la souplesse des amplis japonais. Notamment la nouvelle gamme proche de la perfection selon moi. Ne vous leurrez pas, avoir la même qualité Hifi en 2.0 que en 5.1 demande un effort financier conséquent du fait justement de la multiplication des canaux. J’ai souvent tendance à dire que pour obtenir la même qualité qu’en stéréo Hifi, il faut multiplier le budget par 5.1.

      Pour l’égalisation automatique des canaux, Yamaha et son fameux YPAO est sans doute le plus performant du marché dans les solutions clefs en main pour du 5.1 mais en rendu Hifi est plutôt artificiel. Si vous poussez le bouchon plus loin, le Mini DSP NANO AVR DL est certainement la solution la plus aboutie à prix raisonnable.

      Pensez éventuellement à ajouter un amplificateur stéréo de puissance pour les voies avant, cela améliore en général grandement le rendu final. Comme vous l’avez cité, tout est affaire de compromis en home cinéma.

  4. Guillaume says:

    Le problème des streamers, c’est généralement le logiciel :
    – Le client devient tributaire des alliances du fabricant avec les plateformes de streaming : deezer, spotify…
    – Beaucoup de streamer gèrent très mal le gapless. Notamment avec le FLAC. C’est bête pour les amateurs de classique
    – Les applications de télécommande ne sont généralement accessibles que sur Android et IOS, plus rarement sur Windows Phone
    – Le plus honteux : sur des appareils qui coutent le prix d’un petit PC et qui se disent spécialisés en audio, beaucoup ne gèrent qu’un faible nombre de formats de fichier. Au minimum, en plus du mp3 et du flac, ils devraient gérer le ogg vorbis(rare), musepack (encore plus rare), ALAC…. Les différents profils AAC sont parfois aussi mal gérés. Bref, c’est très mauvais pour des appareils qui se disent spécialisés en audio. Acheteriez vous un lecteur vidéo qui ne gère que le mpeg2/4?
    – Le logiciel interne ne recoit généralement plus de mises à jour après la fin de commercialisation du produit

    En fait, ce matériel est complètement anachronique, car il essaie de reproduire une manière de faire de la hifi pré-2000. Un temps ou chaque boite avait une seule fonction. Et un temps ou les supports et les usages étaient clairement définis.
    Alors que justement, le dématérialisé entre dans l’ère de l’informatique qui est en perpétuelle évolution.

    Mon conseil pour la dématérialisation, serait plutot d’utiliser un nuc / rasp comme le dit bien l’article. Et pour les moins bricoleurs, un pc portable éveentuellement de récup couplé à un petit DAC USB fera mieux que ces boiboites pour moins cher.

  5. Christophe says:

    Bonjour Richard,

    Suivant activement vos articles, pourriez-vous m’aider/me conseiller pour l’achat de matériel Hifi.

    Je vous remercie par avance

    • Richard says:

      Bonjour,
      Dites moi tout.

      • Christophe says:

        Bonjour Richard,

        J’ai une pièce de 20/25 m², un budget de 1500€ pour une écoute de musique se situant sur un NAS Synology, en streaming (Spotify, Quobuz, Deezer, Napster ..), à partir d’un CD ou radio FM/Web.

        Contrôle de la musique à partir d’une tablette/téléphone sous Android de manière générale ou d’un PC sous Windows

        Ma copine et moi écoutons un peu de tout quasiment tous les jours à faible ou moyen volume car en appartement.

        Que me conseillerez-vous ?

        Un grand merci par avance et bravo pour vos articles

  6. stephen says:

    Bonjour Richard,

    Encore merci pour un super article, vous nous faites vraiment gagner du temps!
    A coté de mon PCH A410 M (alim linéaire), qui je pense devrait faire partie de cette liste, je me suis équipé d’un RPI sous volumino. J’ai donc suivi vos conseils en l’utilisant avec une alim batterie.
    Ma question est au niveau DAC: le RPI a la réputation d’avoir un triatement usb un peu problématique ce qui justifie encore plus de passer sous i2s.
    Pour l’instant je l’utilise avec un dac usb ifi nano et c’est un vrai régal en dsd!

    1) Sachant que ce dac a un traitement spécial du jitter, est-ce que je vais y gagner en passant par un dac i2s du style sabre audiophonics? Mes enceintes sont des adam artist 6 reliées directement avec des Canare Star Quad (suite à vos conseils). Ce dac a un controle analogique du volume bien pratique pour éviter le numérique du RPI.

    2) Au passage, j’ai trouvé la différence PCM de qualité et dsd/dxd flagrante alors que la différence mp3 320 bien converti et flac est plutôt difficile à entendre. Qu’en pensez vous? J’ai utilisé des morceaux test enregistrés dans les règles de l’art.

    Encore merci et bonne continuation….perso j’attends un petit article sur l’utilisation d’enceintes actives / pro en hifi…je suis certain que vous avez des choses à nous communiquer!!

    • Richard says:

      Bonjour Stephen.

      Non je pense que l’audiophonics a ses propres limites et le Ifi nano me semble supérieur… L’I2S n’est pas forcément la panacée ultime selon les cas.

      Pour les enregistrements DSD/DXD et mp3 320KBITS et pcm 16bits 44.1 flac, je fais les mêmes constatations que vous !

      A bientôt Stephen. (oui un article sur les studio monitor est bien prévu.)

      • stephen says:

        Merci et j’attends l’article avec impatience…
        Car avec cet article + cables hifi pour les fauchés + hifi pour – de 350 euros on est sur la bonne route!
        Mais il manque la solution bon rapport qualité prix moyen de gamme avec des enceintes pro douées pour la hifi/hc: adam audio + genelec + eve + presonus eris + KRK 10-3 + focal alpha + KH120 + JBL etc…
        La on s’approchera de la hifi/hc moderne qualitative, très loin de l’élitisme que l’on trouve souvent dans cet univers. Et je pense que c’est ça qui fait aimé votre site / style: vous avez pleins de connaissance d’expérience dans le hifi old school (cables chers, ampli classe A, preamp…) et new school (linux, ampli active, filtre numérique).
        Mais vous faites le lien pour avoir une bonne solution moderne pour un budget et une ouverture d’esprit non élitiste! Donc bravo!

  7. Edouard says:

    Bonjour, j’aurais une question à vous poser. Et iTunes dans tout ça ?
    Je ne sais pas si dans la communauté audiophile les gens n’aiment pas Apple ou simplement itunes mais …
    Beaucoup de personne ont désormais un appareil Apple.
    Me concernant j’aime bien cette marque, mais j’aime beaucoup la hifi. Et le fait que ce soit Apple ou non, que je soit Audiophile ou non iTunes me parait indispensable, incontournable.
    J’ai une bibliothèque de 200go à peu près et je passe beaucoup de temps à l’a trier.
    Donc iTunes est incontournable pour les raisons suivantes:
    – à ma connaissance c’est le seul logiciel capable d’organiser convenablement ma musique, tant dans le logiciel en lui-même que d’un point de vue des fichiers derrière le logiciel, tout est parfaitement en ordre.
    – je peux me faire des liste de lectures
    – avec plusieurs ordinateurs (pc ou mac) tout est synchronisé via iCloud
    – et surtout grace à itunes match toute ma bibliothèque est sauvegardé dans le nuage. Certes en 256 kps mais très honnêtement mon oreille ne fait pas la différence entre un bon mp3 et un Alac ou Aiff.

    J’ai bien essayé foobar mais premièrement sur l’écoute je n’ai pas perçu de différence, ensuite iTunes offre un usage bien plus pratique, intelligent, confortable. Et sur internet peu d’article font part de l’utilisation de ce logiciel.

    Donc pour moi qui utilise iTunes, et peut-être que d’autres serait intéressé, qu’avez-vous comme solutions à me proposer correspondant à vos remarques.
    Car il est vrai, cela n’est pas toujours simple d’usage comme mettre un cd dans une platine.

    Pour info mon système: préamp Harman Kardon HK2.0, ampli Pioneer A70, enceinte BW 802S2(matrix) et BW CM1/CM2.

    Merci beaucoup si vous avez le temps de me répondre.
    Cordialement.
    Edouard

    • Richard says:

      Bonjour, Edouard.
      Itunes est un bon logiciel mais l’univers des audiophiles préfèrent parfois certaines optimisations (le bit perfect) plus en rapport avec leurs matériels. Mais oui, Itunes est redoutable d’efficacité pour gérer une médiathèque.

  8. Didier says:

    Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant mais qui présente à mon avis un angle non traité : celui de la compétence de l’utilisateur. Comme bien des audiophiles ou se prétendant l’être, j’ai été attiré à la fois par le modernisme et la praticité de la dématérialisation. Malheureusement, on a beau ne pas être totalement idiot, on peut ne rien ou pas trop comprendre à l’informatique linuxienne ou ne pas avoir le temps ou l’envie de se plonger dans les forums avertis pour tenter de réussir à paramétrer son zinzin.

    L’alternative peut alors être d’acheter une machine (souvent exhorbitant) complète qui fait tout depuis le café du matin au thé du soir.

    Entre les deux, il y a des solutions logiciels plutôt opérationnelles, faciles à mettre en oeuvre et qui donnent toute satisfaction.

    Pour ma part, j’ai acheté sur le bon coin un netbook sous windows 7 payé une misère auquel j’ai raccordé un gros disque dur et que j’ai équipé avec le logiciel payant JRiver mediacenter en le paramétrant uniquement pour la musique.

    Derrière tout ça, un dac raisonnable et en avant Guimgamp, j’écoute de la musique que je dématérialise moi même ou que j’achète dématérialisée depuis mon canapé en pilotant le tout avec une pauvre tablette achetée elle aussi sur le bon coin.

    Mettre en oeuvre cette solution était au niveau de mes compétences, les menus sont en français, le coût est raisonnable (que quelqu’un vienne critiquer un logiciel à 50 euros quand les gens achètent des câbles de modulation à 200 euros) et le rendu très bon.

    Il ne faut pas oublier que bien des gens parlent mal l’anglais, ne comprennent pas toujours les subtilités d’une solution foobar ou linux mais veulent se faire juste plaisir pour un coût raisonnable.

    C’est à mon avis une voie qui est bien trop peu explorée ou mise en avant … on lit à foison des bancs d’essais de solutions spéciales cartes gold ou platinum ou à l’inverse, destinées à des gens pour qui parler le ubuntu dans le texte est une seconde nature, voire une évidence parfois pleine de dédain vis à vis du béotien de base.

    Je crois que le béotien est malheureusement représentant du plus grand nombre, qu’il veut juste se faire plaisir à écoute convenablement sa musique sans retourner en cours ni organiser le casse du casino le plus proche et qu’on ne met pas assez en avant les solutions qui lui sont destinées, voire, de l’assemblage de solutions qui pourraient lui être destinées.

    Il me semble que votre site comme bien d’autres pourrait prendre le risque de proposer des assemblages (caractéristiques pc de base, os, logiciel truc, dac machin, ficelles chose, disque externe bidule); faire des comparatifs, chercher des optimisations etc … de sorte à entrainer à la fois les lecteurs à s’éduquer sur ce type de solution et à ensuite pousser eux même les systèmes dont ils auraient ainsi acquis les bases.

    Personnellement, je me suis « formé » à la chose sur des forums, sur des blogs, grâce à des tutos mais finalement, même si c’était intéressant, que de temps perdu pour arriver à quelque chose sommes toutes de banal. Mon but était juste d’écouter de la musique dématérialisée sans dépenser des sommes importantes.

    Longue vie à vous

  9. jpg says:

    Bonsoir, Richard.
    Je souhaite réagir, à votre article, fort intéressant.

    Effectivement, pour celui qui veut écouter sa musique en version démat, il y grosso modo deux, trois solutions :

    – investir avec un budget conséquent (streamer Marantz, Denon, ou autre), simple

    – installer, foobar, ou jriver, ou iTunes, avec un petit dac (c’est l’intermédiaire, en terme de budget) un peu moins simple, moins cher

    – investir du temps, et peu d’argent, (comme le précisait d’ailleurs Didier), dans une solution type volumio, ou runeaudio. pas cher et plutôt compliqué, hélas

    C’est la que le bas blesse.

    Nous manquons tous de temps, notre niveau en anglais, n’est toujours pas au top, le langage Linuxien, nous paraît d’une complexité rare…

    C’est donc ici, qu’il faut se concentrer.

    Démocratisons, les solutions Volumio, Runeaudio, en les rendant plus facile d’accès, avec des tutos en Français, des comparatifs entre Rasberry, Cubox, Banana.

    Il y a là un vrai potentiel.

    Il s’agit là bien plus qu’une niche, dans le monde de l’écoute de la musique dématérialisé.

    A quand un raspberry avec runeaudio d’installé avec le truc machin d’installé pour piloter le tout depuis une tablette.

    Bravo à vous ainsi qu’ a vos divers articles qui m’ont déjà bien aidés

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑