nad D1050 de face

Publié le 5 décembre 2013 à 20 h 18 min | par Richard

NAD D1050 DAC test en HD

NAD D1050 compact et contemporain.

Après la sortie des amplis numériques NAD D7050 et D3020, NAD poursuit sur sa lancée en complétant la gamme par le DAC NAD D1050 reprenant le gabarit du D3020 (test ici). Avec son entrée USB, le public visé est clairement l’amateur de musiques dématérialisées pouvant poser ce convertisseur avec sa finition en peinture Nextel à la verticale pour le moins d’encombrement possible.

Mais NAD a aussi doté ce décodeur de musiques de recettes maison bien connues pour rendre ce DAC des plus attrayants. Petit tour d’un appareil malicieux à la signature sonore typique de la marque au logo rouge.

Facile d’emploi avec une large connectique

Le NAD D1050 est un petit gabarit plutôt sympa reprenant le look novateur du D3020. Les principales fonctions se font par des touches tactiles à capteur sur le dessus de l’appareil en plastique opaque.

Le NAD D1050 ne souffre d’aucun dysfonctionnement particulier plutôt simple d’emploi même s’il faut laisser le doigt longuement en place pour déclencher la fonction désirée. L’appareil est livré avec un petit transformateur moulé et des adaptateurs universels que l’on prendra soin de placer judicieusement dans l’endroit prévu à cet effet.

nad-1050-profil

Pas mal pour les baroudeurs qui voyagent à travers le monde. Le reste du package contient un mode d’emploi très succinct ainsi que des patins caoutchouc pour la stabilité du DAC à la verticale. L’entrée casque est au format 3.5mm.

nad-d1050-alim-universelle

Le bouton de volume ne sert que pour la partie casque. Des sorties symétriques font partie de l’ensemble avec deux entrées SPDIF coaxial jusqu’a 24bits 192 khz et deux entrées numérique TOSLINK optiques grimpant jusqu’a 24bits 96khz.

asio-nad-d1050

L’entrée USB est de type B avec support de l’asio et du wasapi avec un driver qu’il faudra télécharger sur le site de NAD sur cette page : http://nadelectronics.com/products/dac/D-1050-USB-DAC. Les drivers se sont installés sans problème particulier.

Description technique

Techniquement le NAD D1050 repose sur des solutions désormais classiques avec deux puces de gestion d’entrée et un chips Xmos. Un chips particulièrement performant utilisé aussi par exemple chez Meridian et Audiophonics. Les entrées SPDIF sont isolées par des mini transfo de type CMS de chez Pulse.

nad-d1050-connectique-numérique

L’alimentation avec transfo universel moulé séparé est des plus classiques. Deux oscillateurs sont présent pour les fréquences d’échantillonnage à base de 44.1khz et 48khz. La partie intéressante vient des sorties analogiques Cinch avec des amplificateurs de type discret en partie.

On reconnait bien là le savoir faire de NAD en la matière et qui ne doit pas être étranger à la signature sonore de ce convertisseur. L’amplificateur casque repose en partie sur le très connu Op 2134 de chez TI/BurrBrown plutôt efficace pour ce genre d’exercice avec une section en transistor discret.

La partie conversion repose sur le classique delta sigma CS 4398 bien connu des amateurs, un DAC 24bits 192khz pas tout jeune mais très apprécié des marques comme Marantz ou Meridian sur leurs lecteurs CD. Le CS4398 est en mode oversampling par multiple x2. Si vous écoutez du 16bits 44.1khz par exemple, le D1050 sera en 88.2khz.

En bref, un convertisseur judicieusement conçu avec des recettes classiques et doté de sorties symétriques.

Conditions d'écoute.

Matériels utilisé pendant le test:

Sources :

  • Oppo BD 103E. (SACD)
  • Ordinateur Asus portable X5MJ avec Foobar en mode WASAPI et ASIO.
  • Interface Audio GD 3.0 USB/SPDIF. Audiophonics U-sabre.
  • Convertisseurs DAC : Matrix X Sabre. Atoll DAC 100Se.

Amplifications :

  • Atoll In 100Se. Atoll In 200. Nad C326Bee.

Enceintes :

  • Dynaudio Craft. Dynaudio 42 Se. B&W Cm9.

Casques :

  • Akg K701 avec et sans amplificateur Matrix M-stage.

Câblages :

  • Taralabs Prism 500. Kimber PBJ. Audiophonics DIY silver. Anticable série 2. QED. Van Den Hul Clearwater.

Test du DAC NAD D1050.

nad d1050 computer

Harry Connick Junior. album She 16 bits 44.1khz

harry_connick_jr_she_1994_retail_cd-front

D’entrée de jeu le NAD propose une scène sonore plutôt bien construite entre les enceintes sur cette prise de son multi-micro.

La dynamique est plutôt marquée avec un bon sens du rythme et du poids sur les notes. Bonne différenciation des cymbales avec un côté plutôt réaliste dans l’approche.

Les effets et autre trafic panoramique de l’ingénieur du son sont bien marqués. Le D1050 est plutôt dans une approche charmeuse avec un côté vivant que les fans de la marque apprécient bien.

La focalisation des interprètes est bonne et même au-dessus de la moyenne même si certains DAC 32 bits dernière génération semblent aller un poil plus loin aujourd’hui.

L’ensemble reste néanmoins de haute volée et on reste plutôt surpris dans le bon sens de ce que NAD a tiré du chips CS4398 de chez Cyrrus.

Comme quoi il ne suffit pas d’avoir un chips dernier cri pour faire de la musique. NAD le prouve ici sans détour.

Dimitri Chostakovitch Symphonie n°10 Direction Mariss Jansons 16bits 44.1khz

shostakovitch symphony 10 rco live MAriss Jansons

La symphonie numéro 10 toute en puissance va plutôt bien à ce DAC qui privilégie la masse orchestrale à l’information pour l’information. L’orchestre déborde des Dynaudio avec aisance et on est saisi par le sens de l’interprétation.

Dans les hauteurs, on a une légère matité plutôt séduisante notamment sur les cuivres et percussions. Si l’on compare à notre Atoll DAC 100Se, celui-ci a un poil plus d’harmonique et un grave plus sec.

A contrario, le NAD a un son plus en muscle qui s’avère redoutable sur les grandes formations classiques et dépeint avec facilité le déferlement des percussions dans les moments de violentes montées.

Sara K album Hobo label Chesky records Wav 24 bits 96khz

Hobo SARA K 24bits 96khz

Sur des morceaux haute définition le NAD prend son envol. La différence entre les morceaux en 16 bits et 24bits est particulièrement marquée sur ce convertisseur, plus qu’à l’accoutumée.

On changerait presque de signature sonore. Le côté musclé dans le bas s’affine pour donner un son particulièrement efficace et dynamique.

Sara K chante avec une voix bien posée dans l’espace et les guitares sèches s’expriment avec bonheur. Ca sent le bois et la corde. Idem pour les percussions à peau. Beaucoup d’expressions qui changent pas mal des DAC plus froids ou plus dans l’analyse.

Rachel Podger, J.S Bach, double et triple concerto, label Channel Classic, WAV 24bits 192khz de chez Qobuz

bach 24bits 192khz

Sur ce double et triple concerto, la répartition est bonne entre les instruments à corde. Le sentiment d’espace est dans la bonne moyenne sans être exceptionnel.

Le NAD D1050 privilégie le suivi et l’interprétation avec une assise bien charpentée sans excès néfaste. La précision est excellente dans le médium aigu et un peu plus relâché dans les derniers octaves.

Les cordes sont soyeuses et éloquentes. Un résultat séduisant sans caricature marquée pour autant.

MArtial Solal concert France Musique

solal france musique

Sur du piano, le NAD est particulièrement à l’aise avec le sentiment d’avoir l’instrument dans des proportions plausibles. Une bonne lisibilité du clavier sur cette prise de son magistrale par la Maison de la Radio.

Solal joue avec plaisir et les marmonnements du pianiste jazz sont perceptibles sans tomber dans l’oubli. Bonne pioche.

Un résultat qui a du corps sans rentrer dans l’emphatique ou le sur-gonflé. Particulièrement appréciable sur un Steinway, pour une écoute crédible sans perte d’information qui pourrait nuire à l’ensemble.

Ecoute au casque AKG K701.

left-akg-k701

Sur l’AKG K701 la sortie casque du NAD D1050 est supérieure à la moyenne par rapport à ce qu’on entend d’habitude.

Une sortie casque qui permettra donc de profiter d’un casque haut de gamme sans casser la tirelire vers un ampli séparé même si celui-ci peut s’avérer supérieur.

Bonne surprise donc avec un son ample, une focalisation correcte et un bel étagement de la dynamique. Cela convient particulièrement bien à l’AkG K701.

Conclusions

NAD vient de signer un bon DAC avec une esthétique sonore fidèle à la marque. Un son plutôt chaud sans excès qui peut s’écouter longuement sans tomber dans le lourd ou l’empâté. La dynamique est là et ravira les amateurs de musiques qui bougent.

L’entrée SPDIF s’avère sur nos systèmes un poil plus intéressante notamment dans le haut du spectre. Malgré l’âge du chips de conversion, la résolution est dans la moyenne haute grâce à un traitement numérique de bonne facture.

Certes, on n’atteint pas le niveau d’un TEAC UD501 en terme d’information mais c’est 250 euros de plus. Mais il est plutôt rare de venir sur les terres du Atoll DAC100SE, avec une esthétique sonore légèrement différente.

Un DAC qui a de bonnes qualités sonores avec un esprit fonctionnel et pratique.

NAD D1050 DAC test en HD Richard

NAD D1050 DAC 24bits 550 euros en moyenne

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion:

3.5


Pour :

  • La sortie casque de qualité.
  • Un son ample et dynamique très NAD.
  • La simplicité de lecture en façade.
  • L’emballage super pratique.
  • Les sorties XLR pour le prix.
  • La place prise sur un bureau.
  • Le look façon « Octobre rouge ».
  • Les drivers ASIO sur l’USB.

Contre :

  • Un grave avec plus de contour par moment ?
  • Le mode d’emploi succinct et en anglais seulement.

Tags: ,


A propos de l'auteur



4 Responses to NAD D1050 DAC test en HD

  1. Régis ROUGET says:

    Bonjour,
    Bel article
    Cependant, vous indiquez AKG k-701 avec et sans M-Stage, or aucun commentaire sur la comparaison avec M-stage.

    Possesseur d’un K701 à la recherche d’un DAC
    merci
    Régis

    • Richard says:

      Bonjour,

      Un amplificateur dédié pour un casque haut de gamme fait mieux sur tout les critères procurant une meilleure assise et dynamique avec une construction sonore plus séduisante. Mais on parle déjà d’un amplificateur casque valant deux tiers du prix du DAC NAD. Les miracles n’existent pas ou peu :).

      Si vous écoutez le casque occasionnellement l’investissement n’est pas obligatoire. Si vous êtes un féru du casque, l’AKG K701 est dans une autre dimension avec un amplificateur casque dédié.

      Merci de me lire et bonnes écoutes.

  2. Régis ROUGET says:

    Merci,
    Avez vous pu comparer le D1050 et le M-Stage hpa2 usb ?
    Bonne soirée

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑