nanoDIGI_2x8

Publié le 9 juin 2014 à 18 h 54 min | par Richard

MiniDSP NANO DIGI 2×8 partie 1

MiniDSP ne dira pas grand chose aux audiophiles que nous sommes. Et pourtant cette petite société basée sur Hong Kong a l’audace de proposer plusieurs solutions à base de processeurs Analog Shark 56bits pour nous les amoureux de musique.

Cette petite structure propose principalement deux gammes à son catalogue :

Minidsp in the box/KIT :

Cette gamme comprenant l’appareil que nous testons, se compose principalement de solutions pratiques pour le bricoleur ou celui voulant apporter l’efficacité du filtrage actif numérique pour un moindre coût entre 100 et 300 Euros. On peut aussi corriger des défauts primaires notamment dans le grave via un égaliseur paramétrique plutôt efficace !

Dans cette série vous trouverez principalement une carte DSP Shark en plusieurs variantes et types de connectique s’adaptant à toutes situations numériques ou analogiques.

L’énorme différence avec la gamme DIRAC/Open DRC c’est que rien n’est automatique et il faudra de bonnes connaissances en mesure acoustique pour arriver à un résultat potable.

Autre point intéressant, on peut faire une pseudo correction via le fabuleux logiciel REW, gratuit de surcroît. On mesure en FFT une courbe cible sur REW et on exporte un fichier de correction configurant automatiquement les pentes et facteurs Q dans le NANO DIGI 8 approprié pour rendre ses enceintes plus linéaires notamment dans le grave.

La courbe en bleu foncé est la mesure obtenue, la courbe bleu clair est la correction à obtenir.

courbe rew

Tout est expliqué ici !

http://www.minidsp.com/applications/auto-eq-with-rew

La courbe corrigée insérée dans le Mini DSP donne la correction paramétrique suivante :

courbe finale rew

La gamme correction numérique :

Cette série à utiliser en complément, plus évoluée comporte deux branches distinctes avec des subtilités qui font de grandes différences d’utilisations.

La gamme OPEN DRC :

La gamme Open DRC propose des produits de qualité permettant la correction acoustique de votre chaîne Hi-Fi et de votre lieu d’écoute. Pas toujours évident en terme de compréhension et facilité d’utilisation, cette série s’avère néanmoins redoutable pour de la correction par convolution et du filtrage de type FIR.

Il faudra passer par le logiciel Acourate DRC de « Audiovero.de » pour générer les fichiers de correction par convolution et filtrage de type FIR.

Acourate DRC :

acouratedrc

Acourate DRC est une version plus simple de Acourate, adaptée aux produits Mini DSP, un outil puissant, mais payant (75 Euros). Pour les plus aguerris, il existe « rePhase FIR tool qui lui est gratuit mais plus pointu à pratiquer pour le néophyte.

 

Si l’on compare avec la série DIRAC, l’open DRC à terme s’avère moins cher et offre d’innombrables possibilités via les logiciels Acourate.

La gamme DIRAC :

Cette gamme s’adresse au néophyte mais aussi à l’amateur voulant connaître les joies de la correction numérique sans prise de tête. Solution quasiment entièrement automatisée avec le très performant logiciel DIRAC Live, voilà de quoi passer de longues heures devant son écran pour optimiser sa chaîne Hifi.

la gamme diraclive minidsp

Cette série pourrait être l’arme ultime de l’audiophile nouvelle génération. Seul problème et il est de taille, pour l’instant la gamme ne comprend aucun filtre actif à son catalogue contrairement à la série Open DRC.

Heureusement le module Minidsp NANO DIGI que nous testons peut palier aisément à ce défaut !

A savoir tout de même !

J’insiste quand même… Les logiciels et DSP ne corrigent pas tout ! Il vaut mieux connaître des règles de base afin d’interpréter au mieux les courbes de réponses : les réponses impulsionnelles et corrections produites.

Tout puissants qu’ils sont, les logiciels de mesures et de corrections acoustiques détecteront difficilement les zones de chevauchement sur un filtrage à pente faible de 6 DB de type Butterworth par exemple, entre un haut parleur de médium et de grave sur une enceinte traditionnelle passive.

Au final, vous aurez la « coloration » de cette zone de masque entre les deux hauts parleurs si le logiciel ne l’a pas détectée. Dans ce cas précis, il faudra jouer de l’égaliseur paramétrique avec le facteur Q et faire un creux dans la bande passante pour palier au mieux au défaut plus ou moins voulu lors de la conception de l’enceinte.

Le problème est notamment connu sur les enceintes de conception plus ancienne des années 70.

Oui je sais, ce monde est imparfait… Ces logiciels de correction sont par contre redoutables pour des enceintes à filtrage actif. On peut ainsi adapter les pentes et type de filtrage en fonction des corrections voulues. On frôle la perfection.

MINI DSP NANO DIGI 8

Le jouet pour les descendants de Mario….

Quel est l’intérêt d’ un NANO DIGI 8 ? La réponse est simple. La seule solution à l’heure actuelle abordable pour faire du filtrage actif était le Behringer DCX24/96 et ses cousins dérivés. Personnellement, j’ai joué plusieurs années avec deux DCX 24/96 et un DEQ 24/96 dans des installations HC.

Hormis quelques défauts aléatoires, il faut reconnaître que Behringer a fait fort quand le DCX est sorti à l’époque.

Dans le cadre d’une utilisation home cinéma, le filtrage actif est redoutable. En Hi-Fi le combat est plus rude pour obtenir quelque chose de satisfaisant. Mais c’est faisable !

Quand à la qualité subjective des sorties analogiques du Behringer je resterai plus dubitatif même si le débat est lancé depuis bien longtemps sur les forums sur ce sujet. Mais c’est là toute la beauté du concept MINI DSP. Ce qui pourrait paraître comme un défaut inhérent pourrait s’avérer l’arme ultime.

minidsp_nanodigi2x8B_dsp_

En effet le NANO ne possède pas de convertisseurs N/A. J’ai donc « piqué » à un ami un Audiomat Tempo 2.5 Evolution marchant de concert avec notre DAC à base de ESS sabre. Oui vous avez bien lu ! J’ai utilisé deux DAC totalement différents pour faire les tests !

audiomat

L’Audiomat est dans la partie bas médium grave et le Matrix dans la partie médium aigu. Croyez le ou non, je n’ai pas entendu de défauts rédhibitoires entre les deux appareils jouant ensemble. Bien sûr, il est sans doute préférable d’utiliser des convertisseurs de même origine. Mais notre essai peut démontrer que le contraire est possible.

Le filtrage actif oui mais pourquoi ?

N’en déplaise aux raconteurs de fables, le filtrage actif est supérieur en tout point au filtrage passif. Si la polémique a enflé pendant tant d’années c’est que l’utilisation des filtrages actifs demande de la méthode et du savoir faire. Faire sonner de manière dure et peu musicale un filtre actif est d’une facilité déconcertante.

Il faut le reconnaître, les premiers filtres actifs analogiques des années 1980 étaient loin de la panacée. Mais au 21 ème siècle c’est un souvenir lointain comme la cassette magnétique.

Les amplificateurs qui ont servi pour le filtrage actif. Les Flying Mole DAD100Mht.

fliyng-mole

Les filtres numériques actifs procurent un nombre de qualités qu’aucun filtre passif à base de selfs et de condensateurs ne sont pas capables.

  • Une augmentation de la dynamique liée à un meilleur amortissement du haut parleur.
  • Une plus faible distorsion liée aux amplificateurs travaillant sur une bande passante plus étroite.
  • Une absence de résonance des tweeters induits par du filtrage passif.
  • Un ajustement des niveaux des hauts parleurs sans avoir recours à un réseau de résistance passive destructrice.
  • Une mise en phase inégalable dans le monde passif.
  • Les fameuses transitoires qui font la musique sont bien mieux respectées.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Il vaut mieux une bonne enceinte passive roborative bien conçue avec un simple ampli musical qu’un bric à brac d’amplificateurs empilés mal adaptés et des filtres actifs mal employés et de piètres qualités.

Mais à qualité technique égale, le filtre actif est indéniablement supérieur ! Evidemment, le fait d’être avec un amplificateur par haut parleur monte irrémédiablement le coût d’un tel système. Mais là, aussi le champ du possible s’élargit.

Avoir un amplificateur en transistor Fet ou à tubes dans le médium aigu en pure classe A par exemple et un bon gros totor américain en bas ou un classe D procurent des perspectives réjouissantes.

Mini DSP nano digi 8 2x8

Petit tour du propriétaire.

mi-dsp-8-inside.

Le Mini DSP s’articule autour d’une carte format lilliputien et livrable en deux versions. Une avec boitier, l’autre nue pour intégrer par exemple des enceintes actives ou pourquoi pas un boitier ATX/ITX d’ordinateur.

Le NANO DIGI 8 est livré avec un transformateur 5 Volts que les audiophiles s’empresseront de changer par une alimentation linéaire plus sérieuse sur le long terme.

mini dsp nano digi 8

L’emballage comprend aussi un papier A4 avec un code permettant de télécharger sur le site de Mini DSP, le plug in, l’application dédiée au NANO DIGI 8 gratuitement.

Le reste est plus banal avec comme accessoire un câble Toslink de qualité lambda et un câble USB/micro USB servant pour la communication avec son ordinateur sous Windows 7.

Attention sur ce point ! Raccorder une rallonge USB pour gagner en longueur peut s’avérer problématique par des déconnexions intempestives vers le module. Il conviendra mieux d’utiliser le câble d’origine ou plus long sans rallonge.

Le NANO DIGI comporte un processeur Analog Shark 56 bits, des composants de surfaces CMS de qualité standard ainsi que des transfos d’isolation M-TEK sur chaque entrée et sortie SPDIF coaxiale. Une preuve de sérieux et d’efficacité lors de la conception.

mini dsp

L’oreille tendue contre les hauts parleurs a démontré qu’aucun souffle audible parasite n’est induit par l’appareil, alors que la carte traîne à nu sur nos convertisseurs isolés par une simple feuille A4. One point ! Pour du numérique il vaux mieux !

L’horloge sur le module est on ne peut plus classique. On regrette amèrement de ne pouvoir attaquer ce mignon DSP en I2S ou d’en sortir. Heureusement, le modèle supérieur Mini Dsp 2×8 avec option DIGI-FP permet toutes les folies numériques pour 345 Euros.

Le mini DSP comporte deux entrées SPDIF, une coaxiale et une Toslink. Elles sont servies en asynchrone sur l’horloge et automatiquement up-samplées en asynchrone 24Bits 96 KHZ/192KHZ. Il est malheureusement impossible de contourner cette coquetterie numérique ASRC.

Cette manipulation servirait-elle pour le jitter et sauvegarder le rapport dynamique ? baissant le bruit de fond lors des manipulations via les filtres paramétriques ? Possible …

Au final l’appareil est d’une simplicité enfantine avec les quatre sorties SPDIF coaxiales pour un total de 8 canaux. Les joies de la multi-amplification stéréo en 4 voies sont possibles ou le « bass management » de plusieurs caissons de graves sur une paire d’enceintes deux voies actives.

L'interface qui tue !

Le talon d’Achille des filtres Behringer est l’interface. De gros progrès sont faits chaque jours dans ce domaine et le DX46 d’ Electrovoice montre l’exemple à plus de 1000 Euros.

Mais que c’est bon d’avoir ceci !

courbe mi dsp digi 8

division input au rapport commandant !

Tout est lisible, compréhensible dans l’instant ! L’interface est divisée en trois sections. Input, routing et output. Plus simple tu meurs !

La section Input attribue les entrées numériques coaxiales SPDIF ou Toslink avec une possibilité d’égalisation en amont avant filtrage. Simple efficace et sans chichi.

section input input et PEQ

Section Routing et petites fantaisies.

La section Routing est tout aussi simple. Seule finesse à savoir, les canaux sont décalés. Pour avoir un simple son stéréo il faudra brancher l’entrée 1 sur Input 1(canal gauche) et l’entrée 2 sur input 2 (canal droit). Logique finalement !

 

routing 2 canaux

Il suffit d’appuyer sur « all on » deux fois pour passer automatiquement en configuration 4 voies ! Mhh que c’est beau…

 

4 voies

la section output est victorieuse mon Général !

La section Ouput n’appelle pas de critique particulière et tombe sous la molette de la souris avec aisance.

Le redimensionnement des fenêtres est un peu rigide et on aurait aimé agrandir et réduire avec facilité, mais l’ensemble est très agréable au final.

section output

Si l’on clique sur Xover, le filtre actif correspondant au canal s’affiche avec les classiques pentes de 6 à 48 Db en Linkwitz Riley, Butterworth, Bessel en IIR.

crossover

La section PEQ par canal, ça se passe de commentaire avec cinq réglages possibles… Largement de quoi palier aux cas les plus courants dans le grave…

peq -8db

Pilotage USB et mise à jour

La aussi l’utilisation s’avère simple et déconcertante. On clique sur le symbole et l’appareil communique dans l’instant avec le MINI DSP.

synchro mni dsp 8

Préalablement il aura fallu tout de même télécharger et installer Microsoft Net Framwork et Adobe AIR plus Flash Player pour le fonctionnement de l’interface.

synchro mni dsp 8 2

 

Sur le terrain ! l'égalisation paramétrique

Il n’est pas obligatoire d’utiliser le MiniDSP comme filtre actif mais surtout comme égaliseur paramétrique. Cela permet de rendre la bande passante plus cohérente réduisant les accidents de courbes trop prononcées notamment dans le grave.

Bien sûr la correction n’est pas temporelle comme sur un filtrage plus évolué mais c’est déjà surprenant comme résultat !

Que ce soit sur nos Dynaudio, nos B&W CM9 ou les JBL 4312 A, l’égaliseur paramétrique numérique est d’une redoutable efficacité si l’on n’abuse pas de correction trop poussée.

Une petite correction sur le médium de la B&W par exemple donne la vie nécessaire à cette enceinte déjà de bonne qualité mais un peu creusée à ce niveau de la bande passante dans notre pièce.

b&w cm9 PEQ

jbl 4312

Idem pour la JBL qui a de gros accidents dans une pièce petite et réverbérante. Sur notre enceinte assemblée pour l’occasion, le filtre passif soudé un peu à la va vite a montré un chevauchement de courbe entre le haut parleur de grave et son médium à dôme autour de 800 Hz.

fostex scanspeak

Un petit creusement de courbe a amené la clarté suffisante pour palier en partie au défaut. Rien qu’à l’oreille, on peut déjà obtenir un résultat améliorant la situation.

Aidé d’un générateur basse fréquence quand on a l’expérience, on obtient déjà une écoute avec plus d’informations !

peq fantaisiste

Bien évidemment, une courbe corrigée est plus efficace si l’on baisse le niveau au lieu de l’augmenter. Si ce dernier cas de figure se présente obligatoirement, il vaut mieux ne pas dépasser + 6 Db théorique sur la courbe.

Egalisation avec REW

La tentation était évidemment grande de tester le superbe logiciel REW avec le MiniDSP DIGI-NANO 2×8. Voilà donc la courbe mesurée avec l’interface M-Audio et un vulgaire micro de mesure ECM 8000. Puis voici la courbe corrigée dans l’égaliseur paramétrique.

courbe corrigé

peq avec rew

Evidemment, le Maudio Mobile Pre USB et le micro sont étalonnés sur REW et pas avec un fichier de calibration pris sur le net au hasard au cas où on me poserait la question ;).

Je possède un autre micro de mesure omni plus haut de gamme mais il était intéressant de faire un test avec une configuration abordable et dans connaître le résultat !

Au final, la mesure s’avère bien plus précise que mes simples interventions à l’oreille. Image sonore au laser, timbre à tomber et une forme de cohérence déstabilisante au début puis on ne peut plus s’en passer.

Pour bien mesurer, autant que ce soit à la place des oreilles et sans vibration parasite !

behringer-ecm8000

J’ai dû par-contre batailler pour comprendre comment le logiciel accepte le fichier TXT de correction. En fait, il ne peut que prendre 5 corrections au final. Il faudra donc éliminer les corrections en trop.

Petit exemple :

J’ai enlevé la section biquad 5 et biquad 6 dans le fichier texte généré par REW. Dans ce cas, le fichier a pris compte de la correction paramétrique.

biquad

 

Conclusions

Au prix proposé soit 165 Euros ce DSP numérique avec filtrage actif et correction paramétrique laisse presque rêveur. Bien sûr, il faut rajouter le prix d’un bon DAC dans le cas de la correction acoustique et deux autres de plus en cas de filtrage actif. Mais justement, ce défaut est aussi la qualité du NANO DIGI 8. On peut choisir son DAC en fonction du résultat.

Au final, l’appareil propose une solution souple et dotée d’évolutions possibles presque infinies. Il s’est avéré particulièrement stable sans problème apparent. Nous aborderons une deuxième partie de ce test avec l’essai de la section filtrage actif.

Je peux déjà vous dire qu’elle est particulièrement performante, d’une grande stabilité et n’a rien à envier aux filtre actifs dédiés. Ce serait même plutôt l’inverse.

 

Nous donnerons ainsi notre jugement final dans la seconde partie de ce dossier, afin d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

A très bientôt sur CultureHd.com.

Pour :

Contre :


A propos de l'auteur



5 Responses to MiniDSP NANO DIGI 2×8 partie 1

  1. LaurentG says:

    Bonjour

    Et merci pour cet arcticle qui va permettre a plus d’une de mieux appréhender les corrections actives ;)

    Petite correction tout de même, en correction EQ vous lissez en 1/24, ca n’a pas de sens, il est préférable de lisser pour l’ EQ en 1/12 et de regarder de temps en temps la courbe général en 1/3

    Votre position de micro ,n »est pas bonne, certe elle doit se faire au point d’écoute mais les ECM 8000 ne sont pas calibré pour mesurer a 90°, il faut donc le placer dans l’axe horizontale sinon vous allez avoir trop d’atenuation sur le haut, a moins que vous n’ayez fait calibré votre micro pour une mesure a 90° ;)

    • Richard says:

      Bonjour et merci pour votre réponse. Je comprends votre méthode pour la résolution par octave en 1/12 utilisé par nombre de RTA. Je pense aussi que le 1/24 peut avoir son intérêt dans le médium aigu. Après il faut voir ce qui donne le résultat le plus cohérent, nous sommes d’accord. Faire une correction en 1/12 dans la partie 30 à 600 Hz par exemple et en 1/24 de 600Hz à 20Khz me semble pas si idiot que ca.

      En fait je marche comme ca depuis deux semaines avec une EQ à 1/12 du grave en entrée du mini DSP avant monitoring et une en 1/24 dans le médium après monitoring.

      Pour le micro ECM8000, j’ai fais plusieurs courbes de calibrations de 0° à 90° à plusieurs distances avec des croix au scotch sur le sol. Cela me permet de mesurer les lobes de directivité de chaque haut parleurs pour mes filtrages passifs et actifs.

      C’est une méthode archaïque mais ça marche plutôt pas mal au final ;). J’ai fais une calibration avec et sans bonnette en mousse pour voir. Personnellement je garde la bonnette.

      Étrangement, je trouve que les micros de mesure en général marchent bien mieux dans ce mode d’utilisation même s’ils ne sont pas prévu pour. Ayant toujours vu dans les mesures de salle cinéma et acoustique, ce procédé en fonctionnement par les pros, je l’applique par mimétisme.

      Comme l’article n’est pas finit et abordera la partie filtrage active, si vous avez des suggestions je suis prêt à les inclures dans la suite de l’article. Merci :)

      • LaurentG says:

        Je vais reprendre vos points:

        « En fait je marche comme ca depuis deux semaines avec une EQ à 1/12 du grave en entrée du mini DSP avant monitoring et une en 1/24 dans le médium après monitoring. »

        Pour ma part c’est un risque de faire des corrections bien trop précises avec des facteurs Q très élevé alors que sur cette bande de fréquence il ne faut pas avoir de Q trop serré

        « Pour le micro ECM8000, j’ai fais plusieurs courbes de calibrations de 0° à 90° »

        Le problème des micros a pastille panasonic c’est que l’on peut tomber sur des pastille avec plus de 6dB d’écart dans les aigue ce qui n’est pas sans poser problème, d’ailleurs les tutos trouvé sur le net sont assez basique en terme de mise en œuvre, en réalité un seul point de mesure n’est pas suffisant, il faut réaliser en fait minimum 6 points de mesures avec le micro décala de 10cm a chacune d’elle et faire une moyenne de la courbe de réponse, là seulement vous pourrez trouver une stabilité a votre scène sonore.
        Si vous réalisé un seul point de mesure alors dès que vous déplacerez votre tête de quelques centimètre la scène bougeras

        « Étrangement, je trouve que les micros de mesure en général marchent bien mieux dans ce mode d’utilisation »
        Vous avez raison d’utiliser le micro a la vertical mais il faut impérativement avoir un fichier de calibration réalisé à 90° également

        Pour ma part je tourne avec une plateforme 10×10 avec un open drc en amont

        • Richard says:

          Je connais la méthode à plusieurs point d’écoute. Une autre méthode de faignant consiste à relever légèrement sur un facteur Q large une partie du bas médium. Ce n’est pas très académique j’en conviens mais ca marche si on abuse pas du procédé…

          • LaurentG says:

            Une fois que l’on a intégré dans REW la courbe de réponse global que l’on souhaite alors on peu faire ce que l’on veut, perso ne ne « triche » pas, je me contente d’un +6db en dessous de 200Hz (graduellement bien sûr) et une atténuation de quelques dB à partir de 3K jusuq’a 20K

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑