KEF logo Q series

Publié le 4 mars 2014 à 22 h 19 min | par Richard

KEF Q300 test

KEF nous avait particulièrement étonnés avec sa superbe colonne en 2011, la fameuse Q 900. La petite KEF Q300 à l’autre bout de la gamme « Q » surprend elle aussi dans le bon sens. Une enceinte au look rétro un peu inspiré des KEF référence 102.2 des années 90 qui se fondra aisément dans le décor. Ce classicisme est loin de déplaire au final et plutôt de bon gout.

KEF une fois de plus, démontre un bon sens pratique avec quelques astuces permettant une installation aisée des Q300 dans tous les cas de figures. Mais le plus intéressant reste la partie son bien évidemment. La Q900 s’est imposée comme un rapport qualité prix redoutable pour une paire de colonnes à 1500 euros avec un énorme coaxial dans le médium aigu de 21 cm.

Nous avions d’ailleurs testé ces enceintes dès leur sortie en 2011.  Cliquer sur ce lien : ( Kef Q900 des enceintes redoutables)

La Q300 reprend en très grande partie la technologie employée sur toute la gamme Q. Si tous les ingrédients sont réunis, il reste à savoir si les fées du rapport qualité prix se sont penchées sur le berceau de cette baby KEF. Test en large et en travers !

Cliquez sur les photos pour voir les enceintes en entier.

Plug and play

Cette petite KEF cultive son look de monitor à juste raison. De bonne dimension, cette bibliothèque a un look néo rétro, savant mélange entre les séries Q de 1995 et les séries références de la même époque. L’enceinte est livrée avec tous les accessoires, notamment un mode d’emploi avec un chapitre en français et un guide de placement plutôt bien fait.

mousse bass reflex KEF

Des bouchons en mousse à insérer dans l’évent bass-reflex changent la courbe de réponse à partir de 250 Hz avec une forte atténuation du grave.

Ce qui peut s’avérer très utile en cas de réponse tortueuse et de grave en avant dans votre lieu d’écoute.

Cette paire d’enceintes contient aussi une accroche murale en cas d’utilisation en voie arrière ou dans le cas d’une écoute secondaire. Un caoutchouc est d’ailleurs fourni en ce sens. Il faudra tout simplement le coller sur la face arrière de l’enceinte. Excellente initiative et très ingénieux. Ainsi le bas de l’enceinte n’endommagera pas la peinture du mur sur lequel elle s’appuie.

La fixation murale des KEF Q300.

Kef Accroche murale

caoutchouc support arrière KEF

KEF a bien prévu le coup et on apprécie fortement ce genre de détail. La finition est dans les standards hauts actuels industriel. KEF de ce côté là maîtrise parfaitement son sujet. Rien à dire c’est parfaitement ajusté.

D’un point de vue subjectif la version imitation noyer me paraît la plus jolie me rappelant avec nostalgie mes anciennes référence 105/2. Si vous désirez une version plus moderne, une finition blanche plus actuelle est disponible pour se fondre avec des murs de même aspect.

KEF-Q300-finition blanche

L’enceinte KEF Q300 possède une autre astuce. On passe du mono câblage au bi câblage sans enlever de « straps » ou de fil en tournant de simples molettes crantées. Il suffisait d’y penser. Maintenant l’avantage du bi-câblage reste fortement à démontrer. Mais bon, l’option existe et c’est fait avec intelligence.

Un bornier plutôt malin

KEf Q300 borniers

Description technique

On ne reviendra pas trop sur l’aspect technique des fameux hauts parleurs Uni Q, les coaxiaux de chez KEF avec cette pièce en phase au dessin très réussi. L’évolution technique suit son cours et cette nouvelle série est la première du constructeur à adopter des hauts parleurs avec sandwich d’aluminium. La nouvelle série R d’ailleurs reprend le même concept plus élaboré encore.

Le haut parleur Uni Q

KEF-Q300 éclaté

Le travail sur la suspension est vraiment très pertinent. Cette suspension nervurée est un parfait mélange de rigidité avec un amortissement maximal afin d’éviter toute résonance et coloration audible de celle-ci. Une sorte de suspension multiplie des temps modernes mais avec les avantages amortissants du caoutchouc. C’est une solution technique très intéressante.

Une ingénieuse suspension de haut parleur

KEF piéce de mise en phase du tweeter

La KEF Q300 n’est pas la plus petite des série Q. La Q100 est le plus petit modèle avec un haut parleur de 130 mm alors que sa grande sœur testée ici possède un 165 mm. Les tweeters sont de même diamètre soit 25 mm.

Les avantages de réunir le haut parleur d’aigu et de médium grave dans un seul ensemble sont bien connus. La cohésion sonore permet de nombreux bénéfices notamment une meilleure localisation des instruments grâce à un seul point ponctuel.

Le fameux guide d’onde « Tangerine » des KEF série Q.

kef uni q crown device

Le mélange auditif est ainsi meilleur car non dissocié sur la face avant. La propagation sonore vient du même point d’origine à contrario des enceintes traditionnelles avec le haut parleur d’aigu excentré par rapport au médium grave.

Autre avantage, la membrane du médium grave est un guide d’onde pour celui d’aigu. La jolie pièce de mise en phase en forme de « rosace » sur l’aigu participe à cet effet de cohésion sonore de l’ensemble.

Caractéristiques techniques :

Modèle Q300
Système Bass reflex 2 voies
Haut-parleurs Uni-Q de 165 mm en aluminium
Dôme ventilé en aluminium HF de 25 mm
Réponse en fréquence (±3 dB) 42Hz – 40kHz
Fréquence de transition 2,5kHz
Amplificateur requis 15 – 120W
Sensibilité (2.83V/1m) 87dB
Sortie maximale (niveau de pression acoustique) 110dB
Impédance
Poids 7,7kg
Dimensions
(H x l x P)
355 x 210 x 302 mm

 

Le son monitor pour 600 euros.

Condition d'écoute.

power-sugden

Afin de cerner au mieux le caractère de cette KEF Q300 nous avons procédé aux écoutes dans deux pièces diamétralement opposées.

  • Une pièce de 12 m² sans traitement acoustique plus adéquate pour une paire de bibliothèques.
  • Une pièce de 35m², notre auditorium habituel.

Les écoutes se sont déroulées sur 4 jours. Les enceintes étaient déjà quasiment rodées.

Panel du matériel utilisé :

Sources :

  • Ordinateur PC avec alimentation optimisée sur OS Linux Daphile.
  • Interface Audio Audiophonics Xmos 384, Asus ESSENCE ST SPDIF.
  • Convertisseurs DAC : Atoll DAC 100Se. Audio GD NFB 1.32.

Amplifications :

NAD C 326 bEE, Sugden A21 série 2, Atoll In 100, Atoll In 200.

Enceintes :

Dynaudio Audience 42, b&W CM9, Davis Acoustic Odyssée.

Câblages :

Tara labs Prime 500 et 800, Kimber PBJ et USB, Audiophonics DIY silver, Van Den Hul Clearwater, QED Genesis spiral. Transformateur d’isolation secteur. Meubles Hifi Atacama RS.

Compte rendu audio :

Nous avons élaboré une nouvelle playlist de musiques pertinentes, choisies pour leurs qualités et défauts intrinsèques en plus de titres favoris habituels. Cette playlist sera la même pour tous les tests pour une année entière.

Ainsi nos lecteurs pourront avoir les mêmes repères que nous, lors de leurs propres écoutes.

Sara K album Hobo 24bits 96khz WAV

Hobo SARA K 24bits 96khz

Sur Sara K il est toujours intéressant de voir si l’on a affaire a une enceinte charmeuse ou plutôt rigoureuse avec un bas médium en avant ou non.

Les timbres chauds des micros à ruban, production de Chesky Records démontre bien l’ambivalence entre espace sonore, harmonique et un bas médium qui doit rester lisible. Les KEF Q300 montrent un côté construit sans tomber dans le sirupeux pour autant.

L’écoute est plus rigoureuse que les anciennes séries, avec une aptitude de suivi de bonne facture pour un produit à 600 euros.

Un juste milieu sans oublier le charme de Sara K au passage de cette voix chaude et puissante. La technologie coaxiale prend tout son sens avec une cohésion d’ensemble supérieure à des enceintes n’utilisant pas ce procédé technique.

Nos vieilles Dynaudio sont plus floues en terme de placement des interprètes. En revanche la qualité des tweeters Dynaudio n’est plus à démontrer, offrant subjectivement plus de matière que les KEF.

A contrario, le placement des aigus est au laser sur les KEF ne venant pas des enceintes mais dans une construction en 3D d’une grande cohérence. C’est plutôt bluffant venant d’une paire d’enceintes de ce prix là et particulièrement agréable.

Les Q300 offre une précision et un placement des interprètes pas si loin, d’un casque de bonne qualité.

Autre point intéressant, la KEF semble descendre étonnamment bas pour un si petit gabarit. Les attaques dans le grave sont correctement détourées dans la bonne moyenne.

L'opéra de quat'sous Jenny clarck, Daniel Humair jazz, wav 16bits 44.1 khz

the-threepenny-opera

Cette adaptation géniale de l’opéra de « quat’ sous » par ces géants du jazz démontre toute la capacité d’une paire d’enceintes sur des envolées rythmiques saisissantes, servies par un enregistrement propre et des interprètes de très haut niveaux.

La KEF s’en sort sans stress apparent même à fort niveau. Les Q300 encaissent plutôt bien même si le haut parleur de 16 cm a ses propres limites comme toutes enceintes de ce type. Mais pour le gabarit c’est plutôt de bonne facture.

Le côté monitor des KEF se confirme avec une bonne tenue sur la batterie encaissant sans broncher. Les membranes aluminium à grande élongation font le travail et le pied de batterie est facilement discernable.

Le registre grave est correctement exploré et le 42 hz indiqué sur le mode d’emploi ne nous semble pas si fantaisiste que ça au final. Les cymbales sont facilement placées dans l’espace avec une grande cohésion.

L’image sonore est vraiment entre les enceintes campée en plein milieu. Sur cet album parfois complexe à suivre, le flot d’information et le débit de notes plutôt intense est respecté avec les Q300 gardant une lisibilité honorable.

Un bon compromis entre dynamique à fort niveau et lisibilité en somme. On garde juste un peu un côté mat dans le bas médium parfois, plutôt agréable au final.

Au final même si l’on sent bien les 87 DB, l’écoute ne manque pas de piquant bien au contraire. La résolution reste de bon aloi avec un côté légèrement mat à l’écoute sur les fins de notes.

Harry Connick junior album She wav 16bits 44.1khz

harry_connick_jr_she_1994_retail_cd-front

Sur un enregistrement de qualité plus commune, les KEF sont tout aussi à l’aise. Bonne différenciation des instruments.

La voie est particulièrement lisible et bien située. Le haut parleur Uni Q coaxial montre bien son avantage dans ce domaine.

L’aigu est correctement détaillé avec un côté un peu fin parfois mais bien intégré dans l’image sonore sans effet surnaturel ou surligné.

En passant du convertisseur Atoll à un convertisseur plus haut de gamme on remarque bien la différence d’information entre les deux DAC.

Sur une source un peu faible les KEF pourraient se montrer un peu plus mat que la moyenne sur les fins de notes et harmoniques.

Il faudra donc soigner son DAC ou son lecteur CD pour faire fonctionner correctement ses petites bibliothèques.

Les Q300 favorisent la qualité de l’image et une forme de cohésion doublée d’une dynamique correcte. Les informations sont bien présentes sans être exacerbées.

Buena vista social club wav 16bits 44.1khz

buena vista social club

Il arrive parfois qu’un enregistrement colle particulièrement aux interprètes d’un album. Rarement il y a eu une telle fusion entre le Buena Vista social Club dans ce disque mythique. Au premières notes, on ressent presque l’air de Cuba, les effluves de la Havane à l’abri d’une hacienda ombragée.

L’ambiance sur les KEF est bien là. Les deux chanteurs, véritable piège sur ce disque sont bien différenciés. Ça module agréablement au rythme nonchalant appuyé de musiciens qui connaissent parfaitement leurs instruments.

Les glissés de la contrebasse, le piano en fond sont assez faciles d’accès et restent lisibles malgré l’aspect très légèrement mat de l’écoute.

On pourrait aimer avoir un poil plus d’air mais la cohérence et le placement des instruments est si bien produit que cela passe au second degré.

Rachel Podger J.S Bach double et triple concerto Brecon baroque 24 bits 192khz

bach 24bits 192khz

Sur Rachel Podger le suivi des cordes est plus que correct pour une enceinte de ce prix. Le placement des instruments est supérieur à la moyenne avec une bonne maîtrise des notes plus basses avec suffisamment de grain pour s’imaginer le côté bois et corde.

KEF a préféré la précision de l’image sonore et la cohésion à l’analyse pure et dure de chaque détail. Pourtant il n’y a pas de frustration première et il y a suffisamment d’informations entres les enceintes pour prendre plaisir à cette prise de son d’exception.

Les envolées sont plutôt crédibles dans l’ensemble sans effet brouillon. Attention tout de même au placement de ces enceintes qui descendent étonnamment bas pour leurs dimensions, au risque d’un manque de lisibilité dans ce registre.

Il faudra donc jouer des murs latéraux et arrières à distance respectable pour obtenir satisfaction.

Brendan Perry

Brendan Perry Ark

On finit donc sur un morceau mêlé de percussions africaines, orientales et de grosses nappes de synthétiseurs bien épaisses.

La voix de Brendan Perry si difficile à retranscrire passe plutôt bien. La qualité fondamentale des Q300 transparaît à nouveau avec cette précision de bonne facture sans être trop appuyée.

Les nappes de synthés dans le grave sont là sans trop de compression avec ce déferlement de grosses percussions restant lisibles et marquant de façon appuyée le rythme agrémenté ici et là d’effets panoramiques improbables mais très enivrants.

Les KEF sont taillés pour ce genre d’exercice grâce à leurs hauts parleurs coaxiaux. Bien évidemment on n’aura pas la pression sonore d’un haut parleur de 38 cm mais l’essentiel est là pour fournir le plaisir musical attendu.

Pour une enceinte de cette taille c’est plutôt inattendu. La profondeur subjective pourrait être plus prononcée, l’image sonore étant un peu plus en avant que d’accoutumée.

Conclusions

KEF a très bien bossé son sujet. Le résultat est une paire d’enceintes capables d’une bande passante plutôt large sans trop de frustration audible dans le grave sur un modèle de type bibliothèque. Il faudra justement jouer de discernement dans le placement de ces enceintes pour obtenir un grave lisible et tendu en utilisant ou la mousse fournie ou en les écartant des murs adjacents.

Heureusement les évent bass reflex placés sur la façade avant devraient faciliter la mise en place de ces KEF Q300.

Au prix d’une mise en oeuvre rigoureuse ces KEF en donneront largement pour la somme dépensée. Une très bonne enceinte, d’une bonne précision et cohésion qui pourrait très bien convenir aussi dans un home studio pour un musicien amateur.

De ce point de vue, ces KEF ne peuvent renier leurs origines, marquant des similitudes avec La LS 50 sans en atteindre l’analyse et la transparence ( KEF LS 50 Essai ici ).

La meilleure distance d’écoute dans notre cas fut approximativement de deux mètres. Les enceintes à peine pincées quasiment droites et plan face à l’auditeur. On évitera donc de trop les croiser au détriment du timbre. Bien placées ces enceintes donneront une image sonore facilement lisible sans effort intellectuel particulier.

Votre lecteur CD ou convertisseur devra montrer une bonne analyse et une bonne vivacité. Il en va de même pour l’amplificateur qui devra être énergique sans crispation ou mise en avant dans le haut du spectre. Notre NAD C326 BEE a montré un excellent mariage avec ces KEF pour peu que la source suive.

Au sein d’un système cinéma, les Q300 ont toutes leur place, capables d’encaisser de bon niveau, doublé de cette précision sonore. Un parfait choix pour une écoute Hi-Fi et HC de qualité dans un budget encore abordable.

http://www.kef.com/html/fr/

KEF Q300 test Richard

KEF Q300 Prix moyen 600 euros la paire

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion: Une paire de bibliothèque finement conçu capable de répondre à pas mal de configuration, doter d'une précision sonore digne d'un studio monitor de proximité avec du grave.

3.7


Pour :

  • Qualité de fabrication du haut parleur.
  • Le haut parleur coaxial.
  • Mode d’emploi en français.
  • Les accessoires fournis.
  • L’emballage recyclable.
  • La précision remarquable pour le prix.
  • Du grave sur une bibliothèque.
  • Le look « old school monitor ».

Contre :

  • Un aigu qui pourrait avoir plus de matière parfois.
  • Attention au placement par rapport au mur arrière.


A propos de l'auteur



2 Responses to KEF Q300 test

  1. Kibo says:

    Bonjour,

    Merci pour ce test détaillé et votre site de manière général!
    Pensez vous que l’ampli SMSL SA-50 est assez costaud pour ces enceintes malgré les 87db annoncés?

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑