devialet-phantom

Publié le 13 février 2015 à 18 h 52 min | par Richard

Devialet Phantom premières impressions.

C’est quasiment par pur hasard que j’ai pu enfin jeter un regard sur le médiatique Devialet Phantom. En fait non, j’ai pu écouter non pas un mais deux Devialet Phantom en mode stéréo. Je précise au passage qu’il s’agit des mêmes prototypes que les parisiens on écoutés au salon  » 126 rue Réaumur »

Les écoutes se sont déroulées principalement en présence d’une personne de l’équipe technique et non de la partie commerciale de la société. Ce que personnellement j’apprécie. Ça change des discours préformatés avec une tendance à orienter le message en permanence. Donc ce fut un réel plaisir de parler brièvement technique avec des personnes maîtrisant le sujet.

Mais je vous vois déjà trépigner d’impatience je vais donc faire court et décrire les conditions d’écoutes des deux Devialet Phantom.

 

Devialet, le Phantom de l’opéra.

devialet-phantom-installation

Le système d’écoute est donc habituellement un Mac Book Pro sur une playlist habituelle avec du rock, du blues, du classique, la bande annonce du dernier Star Wars (eh oui). Nous avons donc balayé tout style musical de Dvorák en passant par Stevie Ray Vaughan, Police, etc, etc …

Les écoutes se sont déroulées principalement dans une pièce que connaissent bien les hifistes de la région Languedoc Roussillon. Les deux Devialet Phantom étaient reliés par fibre optique via un petit boîtier faisant office d’interface en attendant les fameux Streamer Devialet Dialog qui devraient arriver d’ici peu.

Le représentant de Devialet nous a clairement explicité qu’il s’agissait d’une carte prototype et que pour l’instant le branchement via le Mac se faisait par méthode synchrone donc en défaveur du produit n’étant pas asynchrone pour l’instant.

Le tout comme vous pouvez le voir sur les photos sur de simples pieds Norstone à 150 Euros la paire. Voilà une optimisation audiophile de premier ordre comme vous pouvez le remarqué. :)

Devialet Phantom, écoute en stéréo.

devialet-phantom

Autant le dire tout de suite, si l’on fait abstraction de la mise en oeuvre un peu spartiate en mode stéréo, le résultat est très prometteur. L’image stéréo est large voire holographique avec une belle profondeur en champ sonore. Le grave est ce qui interpelle tout de suite. D’une transparence bluffante en regard de la taille du produit. Énergique avec une distorsion très basse et une sacrée lisibilité. On retrouve les qualités des amplis Devialet sur ce point mais exacerbées.

Je ne sais si c’est le fait d’être en mode actif mais le résultat de 300 Hz jusqu’en bas est impressionnant de rapidité, de définition. Ça descend bas, très bas sur les Eagles, Stevie Ray Vaughan ou des bandes-son home cinéma. Ce n’est pourtant pas du tout envahissant ou démonstratif. Je dois avouer que cela m’a fortement interpellé. Pour avoir écouté nombre de monitors studios amplifiés actifs, le résultat est je pense relativement similaire en terme de propreté et d’analyse spécifique et recherché sur ce type de produit.

Ça me rappelle des installations faites par le passé avec des caissons de grave B&W PV1 et PV1D dont l’esthétique sonore ressemble à celle du Devialet Phantom. Il faudrait comparer in situ pour en avoir le cœur net. Mais c’est plutôt bon signe.

Le haut parleur coaxial central démontre les qualités propres à cette technologie. Le son est donc focalisé, précis, même si le produit est un prototype pour l’instant. Le haut médium aigu est semble-t-il un poil écourté.

Ce qui n’est pas désagréable au final permettant des écoutes non agressives. Par rapport justement aux coaxiaux que je connais ( KEF,Tannoy, etc,etc …) l’image sonore reste naturelle sans rentrer dans l’hyper focalisation. Là aussi c’est plutôt séduisant.

Au final, on reste intrigué par l’ampleur sonore en stéréo des deux Devialet Phantom, une tenue en puissance phénoménale, une précision digne de studios d’enregistrement. Quel grave ! Je précise au passage qu’il s’agit du petit modèle prévu à 1690 Euros. Autant dire que j’attends avec impatience le modèle au dessus.

L’écoute avec un seul Devialet Phantom.

Devialet-phantom-mono

Pour la version mono, je serais plus circonspect. On retrouve les qualités dans le grave évoqué mais le mélange de la stéréo sur un seul haut parleur coaxial détonne un peu surtout quand on vient d’écouter les deux modèles en stéréo.

Bien évidemment, les transitoires stéréo en prennent un coup se retrouvant sur un seul haut parleur de médium aigu et deux graves en tandem. Si on a inventé l’écoute binaurale et stéréo c’est peut être pour une raison évidente de fidélité.

Au final, je dirai qu’en mode mono, par rapport à un système américain bien connu ou danois ou encore du Sonos, le Devialet Phantom fait mouche avec une extension bluffante dans le grave mais reste dans la lignée de ce genre de production du type dock sans fil de luxe avec il est vrai peut être une fidélité accrue vis-à-vis de la concurrence. En stéréo, par contre le résultat perçu pendant cette courte démonstration demande un test approfondi car à première vue le système est bourré de qualités dépassant de très loin le cadre des produits sans fil écoutés en dilettante.

On a affaire en stéréo à un système digne de ce nom, capable de donner de véritables écoutes musicales de très haute qualité. A creuser donc.

Rendez-vous en Avril pour un test approfondi total des deux jolies Phantom Silver, version haut de gamme !

 

Conclusions

Devialet vient de réussir un produit intriguant et bourré de qualités inattendues sur ce genre d’enceintes de types actives. Si l’écoute en mode mono est plutôt satisfaisante à proportion gardée, en stéréo l’apport est tout simplement phénoménale et demandera un test plus en profondeur.

Je dois l’avouer, si j’aime bien le Devialet D200 pour son grave et son bas médium de haute qualité, je reste un aficionado de la pure classe A sur un bon vieux Sugden ou un Gryphon Audio pour la partie médium aigu. Mais c’est encore une autre échelle de prix ou de contrainte, les appareils en classe A faisant payer cher le nombre de watts en rapport.

Le Devialet Phantom par son fonctionnement en actif, résout pas mal de contrainte, puisque l’on a affaire à des enceintes conçues avec l’amplification ADH Devialet donc en osmose. Les résultats sonores pourraient bien à long terme démontrer la supériorité de ce type de produit.

Nombre d’audiophiles par le passé et le présent qui ont écouté des enceintes actives Studio monitor de haute qualité, comprennent de quoi je parle. Une paire de grosse Adam série S, de JBL M2, de Neumann KH310D ou encore d’ATC SCM50ASL démontrent des qualités que nombres de systèmes Hifi sont loin d’avoir …

Devialet semble sur une voie des plus passionnantes pour la suite des événements dans le monde de la reproduction musicale… A suivre !

Devialet-phantom-sur-pieds

Pour :

Contre :


A propos de l'auteur



4 Responses to Devialet Phantom premières impressions.

  1. yoan says:

    Bonjour Quand vous dite dans la ligner des mono wifi americain et danois on est quand meme un bon cran au dessus ou on est pas loin?

    • Richard says:

      bonjour,

      Seule une comparaison réelle entre les protagonistes pourrait situer exactement ou est le Phantom. Ce qui est sur, dans le grave et la tenue en puissance, le Phantom est stupéfiant. Après pour l’effet purement stéréo en utilisation dock, je pense que l’on est plutôt voisin des autres solutions si on utilise un seul Phantom. A vérifier, seule la comparaison peut apportée la réponse.

      • innon95 says:

        J’en possède un (version classique) et j’ai possédé deux Sonos Play 1 il y a de cela pas si longtemps. Je peux dire sans hésiter qu’un seul Phantom surpasse de très loin la qualité sonore d’un Sonos Play 1. Il n’y a à mon sens pas de comparaison possible, hormis le fait qu’on parle d’enceintes actives.

        L’utilisation d’un Phantom donne un semblant de stéréo et il offre surtout une spacialisation élevée (beaucoup plus qu’un Sonos Play 1 en comparaison).

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑