bluessound vault

Publié le 12 décembre 2014 à 14 h 39 min | par Richard

1

Bluesound Vault test

Vouloir se passer d’un ordinateur pour ripper Ses CD en 2015 est une volonté croissante des besoins. A l’heure où Android et Apple règnent en maîtres sur les tablettes et smartphones, on peut s’étonner de la complexité apparente pour numériser simplement un CD conçu en 1974.

Le Bluesound Vault est une des rares alternatives hardware en-dessous de la barre des 1000 Euros.

Les plus ardus et passionnés continueront certainement sur la seule solution viable du marché et de plus gratuite, le fameux logiciel pour Windows, Exact Audio Copy. Logiciel ô combien utile et paramétrable à souhait, il est le seul représentant réel confirmant la copie bit perfect des galettes digitales de 12 cm.

bluesound

Je suis quelque peu sectaire je l’avoue. D’autres logiciels existent notamment dans le monde Linux mais quasiment aucun n’a la souplesse d’utilisation et le sentiment donné d’avoir le résultat escompté par rapport à E.A.C.

Le Bluesound Vault conçu par la maison mère NAD s’avère redoutable et d’une simplicité réelle. Cependant tout n’est pas parfait dans ce monde et pour transformer l’essai, quelques idées seraient appréciables.

Mais ne gâchons pas notre plaisir. Il est un des rares protagonistes à remplir la fonction streamer. Il servira de station réception Bluetooth et Wifi, reproduisant fidèlement les fichiers issus de votre smartphone ou de votre tablette.

Test d’un des rares streamers du marché qui donne envie d’éteindre son ordinateur.

vault-bluesound

T’as le look coco !

La cible du Bluesound Vault est bien évidemment le monde du multiroom sans fil audio par son look way-of-life actuel digne d’une cuisine nordique. Toute concordance avec une marque de Hifi sans fil bien connue au bio-design blanc gris est sans doute fortuite…

 bluesound-vault-cd-ripper

Le Vault ne manque pas d’originalité avec ses angles arrondis renforçant le côté technique. On est loin des briques et morceaux de métal du monde Hifi. Seul hic au tableau justement, le joli jouet sera plus à l’aise trônant sur un meuble design que sur les tablettes d’un meuble Hifi aux pointes aiguisées. Il n’en reste pas moins fonctionnel, l’appareil est particulièrement bien conçu, les diverses fonctions idéalement disposées sur le dessus.

bluesound ripper vault

Le Bluesound Vault est livré dans une boîte noire du plus bel effet et mentionnons (crions-le) haut et fort avec quasiment tous les câbles nécessaires pour un premier branchement. Je connais des marques High-end qui feraient mieux de s’en inspirer à l’heure du plug-and-play au risque de passer pour de vieux fossiles.

Le package du Vault contient :

  • Un câble stéréo RCA de 2 m.
  • Un câble jack stéréo 3.5 mm de 2 m.
  • Un câble Ethernet de 2 m.
  • le câble secteur 120V et 230V !
  • mini mode d’emploi…

Il ne manque à l’appel que le câble numérique Toslink. Ce n’est pas bien grave. Nombres de câbles de qualité existent sur le marché et l’audiophile s’empressera de toute façon d’optimiser ce détail.

bluesound cables

Techniquement vôtre.

Le Bluesound Vault s’adressant à un public plus large, il était indispensable de rendre la partie logiciel accessible au plus grand nombre. De ce point de vue, Bluesound a plutôt bien travaillé. Malgré tout, plusieurs ombres demeurent et on se demande en 2015 comment les informaticiens réfléchissent dans leurs beaux labos. Ceci n’est pas seulement valable pour le Vault mais quasiment pour l’ensemble des appareils informatisés…

L’interface du Bluesound brille pas sa sobriété et son design un peu trop épuré très facile d’accès. Néanmoins pas de DLNA ou d’UPNP !

bluesound interface tablette
Le protocole Samba est certes pro et bien plus efficace reconnaissant un nombre non limité de fichiers mais les autres protocoles réseaux multimédia manquent à l’appel… Les utilisateurs néophytes de Windows avec leurs médiathèques utilisant le DLNA ou l’UPNP grincent déjà des dents. Pour le béotien, le DLNA est un avantage indéniable même si plus restrictif en terme de formats compatibles.

bluesound node

Il faudra donc s’armer par exemple d’un serveur NAS de type Linux plus souple pour le protocole SAMBA au hasard Synology et Qnap pour gérer sa médiathèque audio.

Vous aviez dit plug-and-play ?? Soyons honnêtes, la marque Sonos, référence dans le domaine n’est pas DLNA mais par contre, compatible UPNP. Personnellement je reste un inconditionnel du disque dur externe à l’ancienne que l’on branche directement sur l’USB. On gagne du temps et de l’argent…

Grosse déception, les USB ne traitent que les disques durs et autres clés USB en partition FAT32. Inutile d’essayer de brancher une interface USB/SPDIF du type M2TECH ou Audiophonics…. Cela confirme l’orientation sans fil grand public du produit.

 

L’autre petit désagrément concerne la sortie numérique Toslink limitée jusqu’au 24 bits 96 KHZ.

QED Reference_optical_quartz

Pour une raison étrange, le Bluesound Vault ne dispose donc que d’une sortie numérique optique et RCA analogique. L’appareil étant orienté life-design, on peut comprendre ce type de décision marketing. Une sortie coaxiale 24Bits/192Khz aurait tout de même frôlé le génie d’autant plus que la majeure partie des concurrents la propose seulement en 16 bits 48 Khz en moyenne. Je regrette amèrement le temps des Logitech Touch et Squeezelite…

On peut donc toujours se rabattre sur les sorties analogiques RCA avec un DAC interne plutôt de bonne facture. La partie numérisation CD même pour le néophyte est d’une redoutable efficacité allant chercher la pochette de votre album préféré sur le net pour peu que vous disposiez d’un accès sans ou avec fil. C’est sans doute la tout l’intérêt réel du Vault.

Voici la liste des formats compatibles avec la gamme Bluesound y compris le Vault.

ichiers compatible bluesound vault

En guise de télécommande là aussi smartphones et tablettes wifi obligatoires avec l’application propriétaire de la marque que vous soyez Android ou IOS.

bluesound vault

Vault il le coup ?

Configuration du test.

dali-rubicon2-devialet

Nos avons pu tester le Vault avec un large panel de matériels audio.

  • Transport CD Van Medevoort CT260.
  • Transport Cd Van Medevoort CT460.
  • Amplificateur Van Medevoort MA260.
  • YBA amplificateur Heritage.
  • Lecteur CD YBA Heritage.
  • Devialet 120 et 200.
  • DAC Cambridge, Audiophonics Es9018.
  • Tablette Ipad Air smartphone Iphone 5 et LG P700.
  • Câblage Actinote Final, ligne complète , QED Optical référence glass.
  • Enceintes Apertura EDENA et ONIRA. Dali Rubicon 2.

Compte-rendu musical en mode numérique TOSLINK

Que ce soit sur du rock, des enregistrements de références audiophiles, le Vault utilisé en tant que source dématérialisée se débrouille dans la bonne moyenne des produits actuels voire même un cran au-dessus.

On sent l’affiliation avec le grand frère NAD. L’appareil est plutôt musical au final là où d’autres solutions avec ou sans fil offre le minimum avec parfois une écoute fatigante et simpliste.

Le message audio est net plutôt éclairé dans sa présentation sans pour autant rejoindre les appareils plus haut de gamme vraiment destiné à faire de la Hifi audiophile.

Par rapport à un lecteur CD comme le Cambridge 651, le Vault apporte le sens mélodique, ce fameux feeling d’une source dématérialisée sans tronquer pour autant les extrémités du spectre audio.

On a donc une électronique de meilleure qualité que d’habitude dans des produits visant un public moins averti dont les préoccupations ne sont pas forcément la haute fidélité.

Affublé d’un bon câble optique au final, ce streamer est une bonne solution pour un ensemble homogène marié à un NAD C326 Bee ou équivalent sur le marché.

Bref, sur une chaîne Hifi sans prétention allant jusqu’à 3000 Euros en moyenne avec un bon DAC à 500 Euros, le Vault remplit parfaitement son contrat.

Si par contre, vos prétentions sont supérieures et désirez vraiment optimiser votre système, sur notre Devialet D200 le Vault a marqué quelques limites en terme de fluidité sonore et de profondeur par rapport à notre Drive CD Van Medevoort haut de gamme, le CT 460.

Le Vault reste néanmoins musical, joueur et demeurant acceptable. Mais dans le cadre d’une chaîne Hifi analytique haut de gamme on préfèrera s’orienter vers du matériel plus en osmose.

Mention spéciale pour le câble QED optique référence qui marche bien avec la sortie Toslink du Vault. Ne me demandez pas dans les commentaires comment prouver l’efficacité technique supérieure des prises optiques en verre par rapport à celles en plastique, je n’en sais rien .

Il demeure que l’écoute nous a bien parue plus suave et moins stressante sur ce genre de produit. Au prix où est une fibre optique de type « glass » vous auriez tort de vous en priver.

Si vous n’en croyez pas un mot restez sur une fibre plastique tout simplement.

bluesound ios

Ecoute en mode analogique sur prise RCA :

En utilisant le DAC interne du Bluesound Vault on s’aperçoit que l’appareil est d’un bon rapport qualité prix. Musical avec un grave un peu rond façon NAD, le Vault n’a rien à envier à un lecteur CD ou DAC dans la zone des 300 à 400 Euros.

Il me semble d’ailleurs qu’en terme de signature sonore, on se rapproche plutôt du NAD 1050 testé ici avec moins de profondeur dans le son. http://culturehd.com/hifi/nad-d1050_4494

L’aigu n’est pas trop répétitif même si on sent une légère simplification du message par instant qui s’avère plutôt agréable sur des morceaux de musique un peu tranchants.

Il faudra donc pour gagner en lisibilité un DAC au-dessus de 400/600 Euros pour espérer une meilleure définition.

Armé avec une bonne paire d’enceintes bibliothèques ou de petites colonnes et d’un ampli musical, au hasard un NAD, le Vault s’avère efficace et remplit bien sa mission.

Conclusions

Il est difficile aujourd’hui de dénicher le mouton à cinq pattes comblant l’audiophile avertis en terme de streamer et de digital audio player sans dépenser des sommes outrancières. Le Vault est une alternative crédible au sein d’un système sans prétention pour une utilisation quotidienne. De plus la partie numérisation CD est très efficace.

Quelques points sont à revoir concernant le nombre de sorties numériques et les quelques bugs informatiques parfois sur les playlist et TAG démontrant qu’un ordinateur est toujours supérieur sur ce dernier point.

Le logiciel de lecture dématérialisée compatible 24 bits 192Khz est d’une rare efficacité en terme de logique et de fonctionnement rejoignant la référence dans le domaine Sonos qui se limite au 16 bits 48Khz. Néanmoins tout n’est pas rose dans la gestion des radios ou encore quelques réticences de fonctionnement avec Deezer discovery ou Spotify premium et Qobuz avec pourtant des compatibilités annoncées depuis Septembre 2014.

bluesound-logo

Les mises à jour vont dans le bon sens et à terme, il est fort probable que tout rentre dans l’ordre. Si vous êtes un simple amateur mélomane et que vous désirez numériser vos CD sans prise de tête et lire la playlist de vos morceaux sur disque dur, clé USB ou serveur NAS, le Vault est un excellent candidat sous la barre des 1000 Euros.

Hormis ces défauts de jeunesse incontestablement, Bluesound a réussi son pari proposant une alternative sans fil réelle à Sonos avec un son géré en 24 bits 192khz et une qualité sonore en hausse par rapport aux solutions équivalentes chez les concurrents.

Bluesound Vault test Richard

Bluesound Vault 990 Euros en moyenne

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion: Un bon produit avec des défauts de jeunesse mais une des rares alternatives crédible de numérisation CD en dessous des 1000 Euros. De plus doté d'un son analogique plus qu'acceptable pour une configuration sans prétention.

3.3


Pour :

  • Un look sympa.
  • La fonction numérisation CD efficace.
  • L’interface Android et IOS compréhensible.
  • Le bluetooth simple d’emploi.
  • Le son correct en mode analogique.
  • Dispo en noir ou blanc.
  • Réactivité de la médiathèque. (Dépend aussi du NAS utilisé )
  • Gestion radio en progrès.

Contre :

  • Pas de serveur UPNP ou DLNA.
  • Pas de sortie numérique coaxiale.
  • Sortie numérique optique limitée à 24 Bits 96Khz.
  • Mode d’emploi papier très succinct.
  • Quelques TAG passent à la trappe parfois.
  • Quelques bugs sur Spotify et Deezer.


A propos de l'auteur



One Response to Bluesound Vault test

  1. audousset says:

    Bonjour

    Ayant acquis et installé cet appareil récemment, ainsi que téléchargé l’application ios ad hoc, ce qui est très simple, l’usage l’est beaucoup moins en l’absence de tout mode d’emploi fourni, avec pour conséquence un retour très probable chez Son Video dans le délai imparti.
    J’avais toutefois pu télécharger sur le site bluesound un mode d’emploi en anglais.
    Mais comme tout mode d’emploi de matériel « informatique », déjà incompréhensible en français puisqu’écrit par des concepteurs qui oublient de se mettre à la place du néophyte, ils le sont encore plus dans la langue de Shakespeare, à moins que vous ne soyez parfaitement bilingue, y compris en langage technique.

    Conclusion:
    1) Son Video (et Bluesound) se fout(ent) du monde en vendant des produits sans en livrer le mode d’emploi
    2) Si vous n’êtes pas un geek et/ou à très l’aise en anglais,ne pas oublier de vérifier l’existence d’un mode d’emploi en français avant toute acquisition de matériel de ce type.
    Y compris si vous achetez un matériel français s’il en existe encore.

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑