Atoll-In-80se

Publié le 8 novembre 2013 à 16 h 58 min | par Richard

Atoll in80 Se, le retour de la Hi-fi française.

Atoll Electronique est une marque que l’on ne présente plus. Elle fêtera d’ici quatre ans, vingt années d’existence. Survivant à toutes les tempêtes et les modes, Atoll a su affirmer une identité propre en développant ses propres schémas avec des solutions classiques et éprouvées dotées de châssis d’une construction solide et sérieuse.

Avec Micromega et Jadis Electronique, ces marques forment le trio de tête de la Hi-Fi française qui s’exporte hors de nos frontières. Bien sûr c’est sans oublier les marques d’enceintes acoustiques, terrain de prédilection de notre hexagone avec Focal, Cabasse, Elipson, Triangle et Davis acoustique.

Atoll au fil des ans a produit quelques machines remarquables dont le In100 Se, un intégré au rapport qualité prix redoutable, mais surtout le In200, doté d’une bonne capacité en courant capable de faire marcher un large panel d’enceintes sur le marché.

On peut citer aussi le nouveau serveur audio St200, excellent player streamer doté d’une partie conversion audio de premier plan. Atoll a aujourd’hui atteint son objectif, proposer des appareils entièrement en transistor discret pour un prix raisonnable avec à chaque génération une augmentation qualitative des composants donnant toujours plus au consommateur.

Voici un test du « petit » In 80 dans sa version Se, un intégré qui cache bien son jeu avec un lien commun à tous les Atoll, un sens inné du rythme qui donne vie à la musique.

Simple et fonctionel, dédié à la musique.

L’ Atoll IN 80 Se est donc une évolution de l’ancien In80. L’écart est grand entre les deux versions. On a droit à une montée en gamme de la qualité des composants. Tous les amplis Atoll sont maintenant télécommandables avec des emplacements pour une carte phono optionnelle ainsi qu’un DAC avec ou sans fil. Un mode Bypass est présent pour le Home cinéma.

IN80SE silver

L’aspect estéthique a lui aussi évolué. L’appareil de présentation sobre a gagné en courbes et rondeurs là où la ligne droite spartiate faisait autorité sur l’ancienne génération. Pas de correcteur grave aigu, pas de fonctions sans intérêt, le strict nécessaire est présent sans superflu avec le bypass pour le Home cinéma. Un vrai appareil Hi-Fi dédié à sa principale fonction, amplifier la musique.

Comme nous le verrons dans le test, l’évolution sonore est grande et le nouveau son Atoll a atteint un mélange subtil entre force et détail du son, pour un résultat cohérent et plaisant.

Dedans c'est comment ?

Atoll ne déroge pas à ce qui a fait son succès. Un schéma simple entièrement à transistor discret. Seul NAD à ma connaissance produit le même type de procédé dans ces zones de prix, néanmoins avec des solutions un peu différentes.

Le schéma reste donc des étages à transistor discrets à priori bipolaires reliés à un étage de puissance de type Hexfet avec transistors de marque IRF reconnus et utilisés sous toutes ses formes par un certain Nelson Pass, légende de l’audio qui a produit juste deux ou trois marques références comme Threshold, Pass-Lab et Firstwatt.

Le potentiomètre est un classique Alps motorisé logarithmique de type RK, série audio made in Japan. Le reste suit avec des condensateurs de filtrage électrolytique de chez Jamicon pour les parties délivrant les diverses tensions pré-amplificatrices, avec 30000 µF de condensateurs de type Snap In pour la partie puissance. Un transformateur torique trône en plein dans l’appareil d’une valeur de 330 VA. Les diverses résistances sont principalement à couche oxyde métal.

Un appareil correctement construit avec des choix de condensateurs dans les standards actuels. L’appareil comporte une entrée monitoring, et quatre entrées haut niveau de 47k ohms à 100mV.

Deux cartes phonos optionnelles existent pour le in80 Se. La P50 et la P100. Si vous disposez d’une petite platine vinyle avec une petite cellule Moving Magnet, le P50 suffira amplement.

Mais si vous êtes un amoureux du vinyle, le modèle P100 offre une autre dimension sonore. En gros si vous possédez une Project à partir de la Debut 3, n’importe quel Rega, une Thorens à partir de la TD170, le module P100 s’impose par nature.

Si je devais finir sur un Atoll, j'emporterais mon ampli, mes enceintes et Led Zep IV en 33T.

Condition du test et écoute.

L’Atoll In80 Se a été écouté dans deux configurations différentes.

Système 1 :

Atoll CD 50 en drive avec Atoll DAC 100Se et enceintes Mission MX3.

Système 2 :

Source informatique avec Win7 et Jriver en Asio sur carte Asus Essence en SPDIF, Oppo BD103, convertisseur Atoll DAC 100 se, Teac UD 501.

Enceintes : Dynaudio Craft, Kef Q300.

Platine vinyle Audio Linear bras SME 3009 et différentes cellules MM et MC (Ortofon, Sumiko)

Câblage commun aux deux systèmes : QED, Siltech LS90, Tara Labs prism 500, Audioquest diamond back et Norstone.

Casque AKG K701.

Supertramp, Breakfast in America, Blu ray Pure audio edition 24bits 96khz.

blu ray supertramp pure audio

Sur Supertramp ici en version 24bits, l’in80 Se se comporte bien pour peu que l’on prenne soin de bien le mettre en condition.

Étrangement et contre toute attente, Dynaudio s’avère un excellent mariage sur les Atoll. C’est surtout vrai à priori pour les modèles bibliothèques.

Notre paire de KEF Q300 s’en sort bien elle aussi, avec cette image précise grâce au haut parleur coaxial.

Sur les Mission le mariage est intéressant mais gare au grave. Il faudra un câble et une source qui n’apportent pas de mollesse à l’ensemble et bien faire attention au placement avec le mur arrière.

« Logical-song »s’exprime avec vivacité sans tonique particulièrement désagréable et le jeu des musiciens est bien retranscrit avec facilité grâce à cette dynamique, signature de la marque normande.

Rachel Podger JS BACH 24 bits 192khz.

bach 24bits 192khz

Sur de la musique classique pour avoir bien connu l’ancienne génération Atoll, il est évident que la nouvelle gamme SE montre des qualités de suivi mélodique bien supérieures.

Par-contre il ne faudra lésiner sur la source, point commun de tous les amplis Atoll. Si vous écoutez un ampli intégré Atoll sur un lecteur CD ou une source qui n’est pas en accord, passez votre chemin, vous n’avez pas écouté un Atoll.

Si vous ne leur donnez pas à manger, le résultat sera médiocre. Les Atoll sont particulièrement sensibles sur ce point.

Passer du convertisseur Atoll DAC 100SE au TEAC UD501 a révolutionné la scène sonore pour procurer un sentiment palpable des protagonistes avec un suivi particulièrement mélodieux. Bel ensemble.

Wav 16 bits 44.1 khz Gilles Apap violoniste compositeur, musique de Transylvanie.

gilles apap musique transylvanienne

Gilles Apap démontre tout le bonheur communicatif de jouer les standards d’Europe centrale du soldat Kirié de Prokofiev, aux morceaux traditionnels slaves en passant par Stéphane Grapelli.

J’attendais l’In80 SE au tournant sur ce style plutôt difficile par la violence des montées dynamiques des violons et de la contrebasse en arrière plan.

La prise de son avec les violons en avant montrent parfois des insistances nuisibles au suivi de l’ensemble avec une crispation palpable et fatigante à la longue.

L’ Atoll s’en sort avec les honneurs pour peu que l’on soigne le câblage et la source. Les Atoll sont vraiment pointilleux sur ce point marquant vraiment des différences diamétralement opposées selon les appareils auxquels ils sont branchés.

Il faudra demander conseil à votre revendeur préféré sur ce point précis. Le résultat est vraiment à la hauteur pour peu que l’on se donne la peine d’y parvenir.

John Coltrane Blue Train version vinyle. Blue note

Coltrane Blue train

L’ Atoll In80 Se est particulièrement doué sur du vinyle avec sa carte phono P100.

Délié et dynamique sont les maîtres mots pour un résultat vraiment séduisant sur notre relique Audio Linear, armée de son vieux Bras SME 3009.

Un vrai moment de plaisir avec Led Zeppelin IV sur Whole Lolita aussi et surtout Peter Gabriel et son fameux album So.

Cet ampli a un fort penchant pour le 33 tours et c’est tant mieux.

Conclusions

L’Atoll In 80 Se est un bon ampli musical, avec un bas médium chantant, roboratif, un médium aigu de bonne facture avec un excellent suivi pour peu qu’on le laisse chauffer.

Ce registre devient aérien au bout de deux heures de chauffe si l’on met une source respectant cet intégré. Il ne faudra pas lésiner à mettre l’artillerie lourde et un DAC ou une source du même prix que l’ampli.

Autre point, les Atoll demanderont des enceintes sans lourdeur mais avec un beau timbre et un médium aigu de bonne qualité sans verser dans le déséquilibre montant, au risque d’une fatigue auditive vite arrivée. Les Dali Zensor 1, 3 et 5 me semblent un choix judicieux.

Les excellentes Dynaudio Excite X14 bientôt testées dans nos rubriques, pourraient parfaitement convenir et former un mariage inattendu. Les forums parlent aussi des Rega RS1, à voir et surtout écouter. Une Paire de Jean Marie Reynaud Folia est une possibilité aussi.

Malgré la taille respectable de l’alimentation, l’In80 Se, sera le parfait ampli pour une paire de bibliothèque un peu gourmande. Pour les enceintes trois voies à bas rendement, l’In100 SE sera d’une toute autre mesure grâce à une alimentation plus importante.

Particulièrement pointilleux sur le câblage, les Atoll donnent de très bons résultats avec du Tara Labs. On peut tester aussi Viard Audio, le Wireworld Luna 7 et l’Atlas Intégra pour un prix raisonnable.

Pour les câbles hauts parleurs il faudra bien vérifier le mariage avec ses enceintes. Le choix étant plus délicat qu’à l’accoutumée, des essais s’imposent avant tout achat de câble hauts parleurs avant validation chez soi.

Au final un ampli sans souci avec des options modernes comme la musique sans fil, une option DAC par carte fille, des options cartes phono, et un mode bypass fort utile, ainsi qu’une sortie pré out pour adjoindre un ampli de puissance.

Atoll in80 Se, le retour de la Hi-fi française. Richard

Atoll In80SE 699 euros en moyenne

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion: Atoll Electronique produit d'excellents amplificateurs. Le In80 Se est dans la droite lignée, judicieusement conçu, évolutif et très musical. Un parcours sans faute.

3.7


Pour :

  • Le son Atoll charpenté et dynamique.
  • L’option sans fil avec dongle via une carte compatible Apple.
  • L’option DAC par carte interne avec entrée SPDIF.
  • La carte phono P100 de bonne qualité.
  • La finition de la façade claire et lisible.
  • Le nombre d’entrées et le mode bypass.
  • La sortie pré out doublée, pour un caisson de grave et/ou un ampli  de puissance.
  • Une sortie casque d’excellente facture.

Contre :

  • La télécommande en option.

Tags:


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑