akg-k701-profil

Publié le 4 mai 2013 à 14 h 01 min | par Richard

AKG K701 casque passion

L’AKG 701 n’est plus tout à fait un casque récent, apparu en août 2005 descendant lui même du k501 des années 90 à utilisé la technologie Varimotion expliqué plus bas. Il reste pourtant une référence, l’un des meilleurs rapport qualité prix du marché.

Huit ans après on dénombre prés de quatre références découlant du premier K701:

 

  • Le K702 la version pro avec cordon détachable en finition noir.akg_k702
  • le Q701 Quincy Jones basé sur le K702, un modèle collector disponible en trois couleurs.k701 qunicy
  • Le  K702 noir avec un cercle bleu anniversary edition est entièrement fabriqué à la main à Vienne en Autriche, disponible en édition limitée à plus de 500 euros.AKG-K702-65th-Anniversary-Edition
  • Le K712 pro avec 3 décibels de plus dans l’extrême grave.K712PRO

Le K701 huit ans plus tard tient-il encore la route? C’est ce que nous allons voir ou plutôt écouter…

L’AKG K 701 est un casque particulièrement bien fini à l’aspect légèrement rétro couleur blanc cassé nacré, aux grilles ajourées avec les fameux coussins en velours gris et système 3D-form d’AKG. Ce système d’arceau et d’écouteur permet un maintien plutôt agréable autour de la tète, malgré les 235 grammes sur la balance, ce casque hi-fi haut de gamme se porte facilement.

L’arceau se réglant automatiquement par un ingénieux système est en véritable cuir agrémenté de mousse à l’intérieur pour s’appuyer sur le dessus de la tète, encadré par deux élastiques avec deux pièces de métal du plus bel effet reprenant le logo de la marque.

Un beau casque qui s’avère plutôt costaud à l’usage ayant fait une chute d’une table vers le carrelage du bureau de prés d’un mètre et s’en sortir indemne. Le casque est livré dans une simple boite en carton noir avec un livret sur les caractéristiques, la carte de garantie et une mise en garde si vous écoutez trop fort.

Petit plus, le support de table permettant de faire trôner son K 701 non loin de sa chaîne hi-fi. C’est classe et c’est une délicate attention. Accessoire que bon nombre de fabricants de casques haut de gamme négligent. Bon point AKG.

Les coussinets sont remplaçables. Contrairement au modèle pro comme le K 242 il n’y a pas de secondes paires de coussinets de rechange. AKG étant une société très sérieuse je pense que le SAV peut fournir toutes pièces détachées moyennant finance. Un adaptateur 6.3 mm vers 3.5 mm est fournie pour les appareils portables comme un smartphone par exemple.

Description technique du K701, beau et bon

akg k701 miroirLe rendement du casque est au-dessus de la moyenne donnée pour 105 Db et une puissance maximum de 200 mW. De quoi largement voir venir. L’impédance plutôt basse de 62 Ohms est trompeuse.

Oui l’AKG K701 donne globalement des résultats correct à la sortie d’une carte son de PC ou MAC ou d’amplis home-cinéma intégré mais le K701 prends littéralement son envol avec un vrai ampli casque dédié. On ne le répétera jamais de trop. Vrai casque égale ampli casque dédié.

A contrario les 62 ohms permettront un large choix d’amplis casque du simple au pas cher si vous désirez une utilisation nomade comme les CMOY JDSLAB aux plus élaborés comme le Wooaudio WA5 par exemple pour une écoute chez soi.

Le casque est fourni avec 3 m de câble non détachable. Dommage. Il faut s’orienter sur ses deux frères jumeaux les Q701 et K702 pour avoir une prise détachable au format mini XLR avec une différence de prix non négligeable.

Les bobines mobiles sont en fil plat comme sur des tweeters haut de gamme, cela permet d’avoir un équipage mobile plus réactif et rapide. Pour ma part c’est la première fois que j’en vois sur un casque. Les membranes du k701 sont légèrement différentes de ce que l’on peut voir sur le marché.

Le procédé Varimotion d’AKG à double couche permet à la membrane des hauts parleurs du casque d’avoir deux modes vibratoires totalement différents. Le centre marche en piston tandis que les bords sont en flexion. D’après AKG ce profil de membrane réduirait considérablement les accidents sur la courbe de réponse.

Ce procédé est commun sur les microphones légendaires de la marque comme le D5 et D7. La membrane a un aspect caoutchouc translucide me rappelant les hauts parleurs à dôme des légendaires Infinity Kappa 8 et 9 des années 90. Le casque est made in Austria.

Ecoute AKG K701

Condition écoutes et mise en oeuvre

Le casque AKG K701 white a subi 200 heures de rodage accéléré avec du bruit rose par précaution. Le matériel utilisé lors de ce test est le suivant:

  • Sources numériques : serveur AV Popcorn Hour C300, HTPC sur distribution AP Linux, Logitech Squeezebox touch.
  • DAC et cartes son: M AUDIO Delta 410 en spdif, interface AUDIO GD v3.0 USB TCXO., ASUS essence ST en SPDIF, sorties analogique et sortie casque. ATOLL DAC 100, Muse audio mini Nos DAC 1543, SCHIIT AUDIO Bifrost 32bits 192khz.
  • Amplification: ATOLL sortie casque IN100, ampli casque MMATRIX Mstage.
  • Câblage : analogique ANTICABLE level3 RCA EICHMANN bullet , AUDIOPHONICS DIY spdif argent mono-brin RCA Neutrik 75 ohms, câble USB générique.
  • Platine vinyle Audio Linear 4001, cellule Ortofon Rondo RED bras SME 3009 pré Atoll P200SE.

TAKE 6 album greatest hits, morceau : fly away, the best stuff in the world

take 6 greatest hits

Sur les voix du fameux gospel band Take 6 on reconnaît chaque chanteur avec grande facilité. Du basse au soprano aux effets de vocodeur, aux échos surdimensionnés que le groupe affectionne particulièrement, tout y est sans ce côté brouillon fatiguant à la longue.

Ce casque est vraiment taillé pour ce genre de situation. Pour peu que la source ou l’ampli casque suivent, l’AKG rempli parfaitement son contrat. Un son délié, bien placé sans fioriture, une précision au laser. Mention particulière pour la sortie casque de l’Atoll in 100 qui s’accorde particulièrement avec le K701 sur ce morceau.

Le Matrix Mstage se marie plutôt bien avec peut-être un peu moins de vie que la sortie casque de l’Atoll mais avec une image sonore mieux construite et précise et des timbres justes parfaits.

Sur le morceau the best stuff in the world c’est un régal de douceur et de musique. Avec une bonne sortie casque, l’AKG délivre un flot d’information participant à une musique sans les projections habituelles et brouillonne du sextet d’Alabama. Très plaisant.

C’est plutôt juste, sans caractère mis en avant, si ce n’est une discrète montée dans les aigus tout à fait maîtrisable.

Brendan Perry, album ARK, titre : Babylon.

Brendan Perry album Ark

Sur Babylon, le timbre de voix de Brendan Perry est tout de suite identifiable. Ce casque a quelque chose d’analogique sans atteindre le côté jouissif « blues » d’un casque Grado par exemple.

La rythmique mystique aux percussions orientales typiques de Dead Can Dance se déploie dans la scène sonore avec un suivi mélodique d’une précision millimétrique, avec des échos et panoramiques à outrance sans que cela deviennent gênant.

Les effets virevoltent de gauche à droite et participent réellement à l’ambiance sans que cela gène la compréhension du morceau. C’est exactement l’inverse qui se produit avec une facilité déconcertante à situer chaque instrument, chaque détail.

Le bas médium grave est détouré à souhait et n’est pas envahissant. Il est rapide droit, mélodique. A contrario d’un Sennheiser HD 650 par exemple plus ample et majestueux. L’AKG est plus tendu sans être sec, plus « straight ». J’aime ce côté casque de studio sans être fatiguant.

Eagles, album Hell freeze over, titre : Hotel California.

eagles hell freezes over

Sur le trop connu Hotel California ici dans une version concert acoustique d’avril 1994, les guitaristes sans EDF avec des instruments en vrais bois d’arbres sent donnent à cœurs joies.

Ça grattouille la corde nylon et métallique, frotter et pincer à souhait, sur les guitares sirupeuses de ce solo légendaire ou chaque note participent à un sens de la mélodie communicative.

Les congas et maracas distillent une rythmique country rock qui fleure bon le single barrel charbonné du Tennessee sous un soleil couchant californien avec le pacifique à perte de vue.

Les percussions sont retranscrites dans leurs pleines mesures sans être trop exagérées bien que l’ingénieur du son n’y soit pas aller de main morte sur le fader de la table de mixage.

L’AKG est doué pour ce genre musical avec une mention particulière pour tous ce qui est percussion. Ça ne s’étouffe pas dans un brouhaha inécoutable. C’est tendu et timbré en même temps tout en laissant de l’air, de l’espace entre les instruments. On apprécient bien les tons différents entre peaux et cordes.

Michael Ruff, album Speaking in melodies, titre : i will find you there (jam).

michael ruff speaking in melodies

Enregistrement typique de requins de studio, le dernier morceau, instrumental, montre bien chaque instrument montant progressivement pour finir dans un rythme soutenu ou les musiciens démontrent leurs savoir faire.

La batterie est particulièrement bien enregistrée, millimétrique avec le piano électrique Yamaha série CP de Michael Ruff soutenant l’ensemble de l’orchestre débitant des notes à en saturer le local de prise de son dans la dernière minute du titre « I Will find you there » jam session.

Tous ça reste intégré, cohérent avec la guitare basse qui slap et claque, l’orgue Hammond en soutien qui souffle de la « tonewheel » en fond de pièce. La trompette alto est rutilante cuivré toute en puissance et en subtilité.

La rythmique de la guitare est sans faille. Belle démonstration qui confirme le côté casque de studio du K701 sans les travers habituels avec projection dans le médium et fatigue auditive vite arrivée, assaillis par un nombre de détails Harassant.

Au contraire, c’est bien construit, mélodique à souhait, étendu, d’une qualité de lecture dans le grave très appréciable. Tout participe pour faire de la musique.

Andrea Staier : concerto pour piano et cordes en A mineur de Felix Mendelssohn Bartholdy, mouvement allegro molto.

Staier Mendelssohn

On entre dans le vif du sujet. Andrea Staier est particulièrement facile à suivre sur des envolés de main droite dont lui seul a le secret. Les violons sont un bonheur, sans acidité passant de la volupté aux plus violentes montées du concerto.

C’est très expressif, peu ou pas enjolivé du tout. Ca sonne, point barre. De l’air, des instruments, la vie! Le piano descend et monte sur les 88 notes sans faiblir n’en ratant aucune. Sur l’ampli casque Matrix Mstage c’est particulièrement agréable, doux, soyeux et analytique.

Un peu plus acide sur le Cmoy JDSLabs, moins consistant mais tout aussi chantant. La sortie casque de l’Atoll In100 montre un espace en 3 dimensions, avançant la scène sonore un peu plus en avant avec moins d’effet musique entre les oreilles, mais devant, au niveau du front.

Vlademir Horowitz : Kreisleriana vinyle 33T CBS masterworks records.

Le maître du piano disserte une fois de plus son jeu extraterrestre, inimitable, limpide et clairvoyant. La scène sonore sur ce vieux vinyle s’affiche avec facilité, décrivant un piano de concert sur toute sa longueur, Le bas médium chatoyant du K701 sans excès est bien la, la petite luminosité dans le haut du spectre aussi.

Ça pourrait par moment être plus coulé, plus de liant entre les notes mais la force de l’AKG réside en ceci: Etre un casque porté sur l’analyse sans oublier de faire de la musique. C’est lumineux sans être décharné. Sur les fortes, les cordes raisonnent à en s’extasier de plaisir.

Le passage du CMOY au Matrix Mstage confirme qu’il faut bien un ampli casque digne de ce nom pour en tirer toute la musique que ce casque est capable de produire, au risque d’une scène sonore sans assise, flottant dans l’espace et un manque de timbre.

Sur L’atoll et le Matrix MStage, le jeu de piano révèle toute sa subtilité, jusqu’en dans les fins de notes ou Vladimir Horowitz vous transportent dans des mondes ou l’harmonie et l’équilibre règne en maître. Sur le CMOY, la scène se réduit et un grave un peu maigre apparaît.

Ça reste cependant très supérieur à une sortie casque de PC/mac et un poil plus élégant que la sortie casque de la carte son Asus essence ST, dans ce cas précis.

Jacques Brel, album les bonbons, titres : les vieux, les bonbons. Vinyl 33T édition 1974 (version 1967) Barclay.

Les bonbons sont tellement bons… l’AKG K701 aussi. La voix de Jacques Brel narquoise et mimant la niaiserie d’un apprenti séducteur accroché à son paquet de bonbon en guise de cadeau à sa future conquête, dépeint une violente critique envers la société de son époque.

Le xylophone sonne sans brillance particulière, bien que légèrement en avant. La harpe fait la part belle du morceau.Très agréable, une fois de plus, de l’air de la délicatesse sans tomber dans le suave des bonbons justement.

Le basson sur le côté gauche est tout aussi joueur. Le bas médium caressant de ce casque révèle tout ce qui est bois et cordes avec aisance. Son domaine de prédilection, appuyé d’un médium aigu capable de belles subtilités révélant une myriade de détails que l’on n’a pas forcément sur un couple ampli plus enceinte, trônant dans une pièce d’écoute.

Giacomo Puccini, Tosca, direction Sir Collin Davis, version cd Philips Classics (prise de son en 1976) édition 1997

puccini tosca Sir Collin Davis

Ecouter en entier, cette version de Tosca est une pure merveille. La tension est palpable à chaque instant dès l’ouverture de la scène, ou l’on suit les divers protagonistes de cette opéra, dans les moindres détails, la moindre intention, de long en large.

L’AKG révèle son pouvoir analytique venant parfois mimer les inaccessibles casques électrostatiques sans en atteindre la limpidité sereine. Au prix ou il est proposé c’est juste une aubaine.

L’orchestre est impérial, surlignant avec justesse le chant parfois fragile, d’un José Carreras à l’équilibre tonal si caractéristique toute en subtilité, à l’inverse d’autres ténors plus en puissance, qui incarne ici, un Mario Cavaradossi à la limite de la perfection.

Un vrai moment de plaisir intégral, ou on se laisse porter dès les premières mesures, par la chaleur de Samuel Ramey, chanteur basse exceptionnel et Montserrat Cabalé qui par contre en Tosca, donne le strict minimum nécessaire.

L’AKG s’en sort à merveille, décrivant à chaque mesure le déroulement de ce chef-d’oeuvre que l’on suit avec une facilité déconcertante. L’enregistrement de 1976 met une claque une fois de plus sur un système digne de ce nom.

Conclusions

l’AKG K701 est la première marche du casque haut de gamme, accessibles à toutes les bourses ou presque, avec de belles qualités, notamment un beau timbre, une lisibilité sans effort avec un grave détouré sans artifice, une excellente précision, notamment sur les voix, et surtout une sensation d’espace faisant presque oublier le côté casque justement.

Un casque taillé pour écouter de l’opéra en concert demandant une description de la scène sonore participant au message musical. Il faudra l’associer obligatoirement avec un excellent ampli casque, neutre, dynamique, bien timbré.

L’association avec des appareils au son plus tirer vers le médium aigu sont à proscrire de toute évidence au risque d’une fatigue auditive vite arrivée. Le Matrix Mstage est tout indiqué. Faire un essai avec un ampli casque à tube serait judicieux par curiosité. Un excellent choix sans casser la tirelire, concurrent direct de l’Audio Technica ATH AD1000 dans le même esprit, au son plus informatif encore.

Si l’on cherche un casque plus chaud, le Sennheiser HD 650 est tout indiqué avec une présentation de la scène sonore diamétralement opposée et plus ample. Les Sennheiser HD 700 et HD 800 sont l’osmose parfaite aux tarifs en conséquence malheureusement.

La référence reste malgré tout l’indétrônable STAX avec le prodigieux Sr 007 et bientôt Sr 009 aux tarifs totalement dissuasifs mais subjuguant de beautés et de véracités. Proposer un casque tournant aux alentours de 200 euros avec de grandes qualités musicales sans défauts majeurs est un vrai tour de force. Vu le nombre d’avis favorable sur les forums, AKG a réussi son pari. A recommandé sans hésiter.

AKG K701 casque passion Richard

AKG K701

Qualité de fabrication perçue
Définition
Dynamique
Cohérence/ beauté des timbres
Précision
Facilité d'utilisation

Conclusion: Un casque au rapport qualité prix imbattable pour le mélomane averti.

4.3


Pour :

  • Un casque audiophile pas cher avec de grandes qualités.
  • Un support de table est fourni.
  • Mousses oreillettes détachables.
  • Donne des résultats correct sur une simple sortie casque.

Contre :

  • Câble non détachable.


A propos de l'auteur



6 Responses to AKG K701 casque passion

  1. Pierre Duplain says:

    Bonjour Richard,

    Pardonnes-moi ce HS, mais je tenais à te remercier pour ta réponse concernant la distinction entre les amplis NAD D3020/D7050. J’ai tenté mes remerciements sur le topic de l’article, mais en vain! Bref merci!!

    En ce qui concerne le K701. c’est vrai que l’on dit beaucoup de bien sur lui. Crois-tu que le modèle K7012 pro soit une montée de gamme significative? Les 3 db de plus dans l’extrême grave sont-ils un réel apport?

    Merci encore pour tes articles que j’ai beaucoup de plaisir à lire!

    Pierre

    • Richard says:

      Merci de me signaler l’incident Pierre. Je vais vérifié ça. Le K701 est un casque au rapport qualité prix exceptionnel. Le k702 peut en effet apporter un léger plus et un poil de structure. Mais on perd très légèrement le coté aérien du k701, signature sonore qui a fait la réputation de ce casque. C’est plus une histoire de gout que de réel progression, les deux casques étant techniquement très proche. En tant qu’adorateur de casques Audeze et Stax, je préfère personnellement le k701.

      Bonnes écoutes !

  2. chris69 says:

    Bonjour Richard

    Tout d’abord merci pour ce site riche en informations !
    Je suis intéressé par l’AKG K701.
    La sortie casque d’un ATOLL IN50 SE sera-t-elle suffisante pour profitter de ses qualités ?
    Sinon que va apporter concrètement en plus un ampli casque et quel budget/modèle d’ampli casque conseilles-tu pour un AKG K701 ?

    D’avance merci pour tes réponses

    Christophe

    • Richard says:

      Bonjour,

      les sorties casques des Atoll sont de très bonne qualité sur les modèles SE et supérieur à de nombreux amplis casques bon marché. Aucun soucis donc.

  3. gaubert christophe says:

    Merci pour ta réponse, qui me rassure : pas besoin de prévoir l’achat supplémentaire d’un ampli casque.
    Je vais craquer pour ce casque et je pense acheter finalement le modèle Q701 dont le cordon est détachable et que l’on trouve actuellement un peu moins chère que le K701.
    pour info AKG semble avoir arrété la production des modèles : K701, K702 et Q701. Ils sont déjà épuisés sur certains sites.
    Christophe

  4. RIAHI marc says:

    excellent casque bradé actuellement chez matériel.net à 159€ pour la version Q701 noire

Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑